Football / UFOA B: Le Col Guy Akpovi porté à la vice-présidence

Football / UFOA B: Le Col Guy Akpovi porté à la vice-présidence

Il s’est engagé à sortir le football togolais de l’ornière, après des années de traversée du désert. Mais des ennemis tapis dans l’ombre s’emploient à lui mettre les bâtons dans les roues. Malgré tout, comme béni de Dieu, il se trace son chemin ou plutôt suit son « chemin tracé » et vole de gloire en gloire. Dernier fait en date, son élection au sein du bureau exécutif de l’Union des fédérations ouest africaines de football zone B (UFOA B). Lui, c’est le Président de la Fédération togolaise de football (FTF), le Col Guy Kossi Akpovi.

Si Dieu te bénit, personne ne peut te maudire. Cet adage biblique prend tout son sens dans le cas du Lt-Col Guy Kossi Akpovi. Le Président de la FTF vient d’accrocher un succès de plus à son escarcelle, en se faisant élire dans le bureau exécutif de l’UFOA B. C’était à l’occasion de l’Assemblée Générale Extraordinaire et Elective de l’Union des fédérations sous-régionales démarrée vendredi 14 septembre à Niamey au Niger, en marge du tournoi qualificatif de la zone pour la CAN U17 prévue en 2019 en Tanzanie. Il s’est fait en effet désigner à la Vice-présidence de l’instance, qu’il coprésidera avec le patron de la Fédération nigérienne de football (FENIFOOT), le Colonel Major Djibrilla Hamidou Hima dit Pelé, élu à la Présidence.

Les travaux se sont déroulés en présence du Président de la Confédération africaine de football (CAF), le Malgache Ahmad Ahmad. « Au cours de mon mandat 2017-2021, je m’efforcerai à suivre les lignes directrices de mes engagements pris au cours de mon élection », a déclaré le Président de la CAF, qui a relevé que cette Assemblée Générale marque un tournant décisif dans la mise en œuvre des réformes opérées par la CAF. Il s’est également félicité de la tenue du tournoi qualificatif des moins de 17 ans qui connaitra son vainqueur ce samedi 15 septembre, avec une finale qui opposera le Ghana au Nigeria.

Consécration internationale

Loin d’être l’effet du hasard, cette élection du Président de la FTF au sein du bureau exécutif de l’UFOA B n’est rien d’autre fait que la reconnaissance à l’échelle internationale de ses compétences avérées qu’il met au service du développement du football national depuis trois (03) ans. Mieux, une consécration pour l’homme dont l’ascension a débuté depuis son élection à la tête de la FTF avec sa liste Nouvel Élan. Une dynamique qu’il prouve depuis lors avec des actes concrets. Faut-il le rappeler, Guy Kossi Akpovi a tapé depuis dans l’œil des dirigeants de la Fédération internationale de football association (FIFA), qui l’ont désigné depuis en mai 2017 en qualité de membre de la Commission de Discipline de l’instance faitière du football mondial. C’était lors de l’Assemblée générale de la CAF et du congrès ordinaire de la FIFA à Manama au Bahreïn. A ce nouveau poste au sein de l’UFOA B, le Togolais est appelé à mettre ses compétences avérées au service du développement du football dans l’espace sous-régional. Faut-il le rappeler, la zone B de l’UFOA est composée du Bénin, du Burkina Faso, de la Cote d’Ivoire, du Ghana, du Niger, du Nigeria et du Togo.

Né pour réussir

Les admirateurs et proches de l’homme qui connaissent ses compétences ne sont pas étonnés de cette promotion. « Le gars est un bosseur né », témoigne de lui une de ses connaissances de longue date, rassurant qu’il ne décevra nullement. Les acteurs du football sous-régional ne l’ont pas choisi par hasard, ce sont ses compétences qui ont parlé pour lui. Sur le plan national, Guy Akpovi aura quand même tout fait pour séduire. L’homme a le mérite d’avoir sorti le football togolais de son coma profond dans lequel l’ont plongé les équipes dirigeantes précédentes et gouvernances successives. C’était déjà un défi insensé que de s’engager à ressusciter ce football au fin fond du gouffre. Mais le Col Akpovi y a réussi.

Ses empreintes au service du football national

Préparation de la double confrontation de l’équipe nationale en mars 2016 pour la qualification à la CAN 2017, relance des compétitions nationales et adoption des textes d’applications sur les championnats dans le pays. Voilà les premiers chantiers, suite à son élection à la Présidence de la FTF le 13 février 2016. Et il a réussi à les avoir tous relevés, surtout à faire reprendre le championnat national de D1 et de D2 et maintenir la cadence. La saison 2018-2019 est censée démarrer le 22 septembre prochain. Quant à la D2, elle débute une semaine plus tard. A son crédit aussi, la relance du championnat féminin. Le Lieutenant-Colonel a également le mérite de savoir régler les contentieux qui se posent. On a encore souvenance du tact avec lequel il a géré la « Gbikintitada », du nom de ce match arrangé de l’ultime journée de la saison 2016-2017 entre Gbikinti de Bassar et Maranatha de Fiokpo, soldé par un score de 11-0 en faveur de la formation de Bassar qui reléguait de fait Gomido en D2. En homme de justice, il a fait diligenter une enquête qui a fait toute la lumière sur cette affaire, avant de décider passer l’éponge là-dessus, au nom de l’apaisement. Même si certains esprits retors lui en font le procès jusqu’alors, il aura quand même le mérite d’avoir posé le bon geste.

Guy Akpovi déjoue tous les obstacles
Le Lieutenant-colonel n’a pas la tâche facile depuis son accession à la tête de la FTF. Des acteurs, et parfois de premier rang, se sont toujours employés à lui mettre les bâtons dans les roues et l’empêcher de réussir. Parmi eux, le Sélectionneur national Claude Le Roy qui, selon des sources bien informées, préfère souvent l’enjamber et recourir directement à son « ami personnel le Président » de la République. Le dernier acte en date de ses détracteurs et ennemis du football, c’est sans doute le curieux cambriolage du siège de la FTF, dans la nuit du 3 au 4 septembre dernier. Les enquêtes ont été ouvertes et devraient permettre sous peu, d’identifier ces fameux braqueurs, qui auraient surement laissé des empreintes sur les lieux et bien d’autres indices, de même que leurs commanditaires. Mais personne n’est dupe, ce braquage est tout sauf un braquage ordinaire. Les observateurs avisés parlent plutôt d’une entreprise manifeste d’individus tapis dans l’ombre pour faire disparaitre peut-être des preuves compromettantes, nettoyer des traces, etc. et suspectent des complicités au sein de la FTF. En tout cas, c’est bien curieux que ces malfaiteurs sachent qu’il y a de la liquidité à voler au siège de la Fédération qui, faut-il le rappeler, n’est pas une institution de microfinance…Malgré tous ces obstacles dressés sur son chemin à cause de la méchanceté humaine, le Lt-Col les franchit un à un, fait ses preuves et tisse sa toile, pour le bonheur du football togolais.

                                                       Prosper A.