GABON: Le Président Ali Bongo victime de son panafricanisme

GABON: Le Président Ali Bongo victime de son panafricanisme

On le sait naturellement bosseur, préoccupé par le souci permanent de mettre les Gabonais à l’abri de l’indigence. Il ne se donne aucun répit quand il s’agit de travailler pour le bonheur ses concitoyens. Mais Ali Bongo, c’est aussi un panafricaniste, qui s’investit pour tous les citoyens du continent. Le commun des Gabonais ou Africains ne le sait peut-être pas, c’est son dévouement sur un sujet particulièrement qui est à la base des ennuis de santé du Président gabonais : la suppression de visa.

En effet, il ne devrait plus y avoir, sous peu, de visa pour aller d’Etat en Etat en Afrique. La libre circulation des personnes et des biens, un idéal recherché par beaucoup de regroupements, préoccupe les responsables de l’Union africaine (UA) et l’institution a fixé l’année 2018 pour la suppression de visa pour tous les citoyens africains. Une politique de libre circulation des personnes et de passeport africain a été adoptée par l’UA lors de la 27e session ordinaire tenue à Kigali au Rwanda en juillet 2016 et contraint les différents pays à adopter le passeport africain et travailler en étroite collaboration avec la Commission de l’UA pour faciliter sa délivrance au niveau national sur la base des dispositions politiques internationales, continentales et nationales, ainsi que la conception et les spécifications continentales. La mesure est déjà mise en vigueur dans certains pays. Les Seychelles sont le seul pays où tous les Africains peuvent se rendre sans visa. A défaut d’une suppression totale, certains pays ont assoupli leurs règles en matière d’obtention de visa, comme la Namibie, le Ghana, le Rwanda, le Bénin, le Kenya, l’Éthiopie, entre autres.

CEDEAO-CEEAC

CEDEAO-CEEAC

 

« Fatigue sévère », c’est la motivation avancée dimanche 28 octobre par le porte-parole de la Présidence gabonaise, Ike Ngouoni Aila Oyouomi pour expliquer son accident vasculaire cérébral depuis le 24 octobre. Il justifiait que cette fatigue était due à plusieurs séances de travail qu’il a eues autant sur les réformes et bien d’autres sujets. Mais visiblement pas que cette suppression de visa portée par l’Union Africaine, nous revient-on, est une idée originale d’Ali Bongo. « Il a eu plusieurs séances de travail sur le sujet ces derniers temps avec des chefs d’Etat, les responsables de l’Union Africaine, de la CEDEAO et des autres regroupements régionaux du continent. Ce sont autant de longues séances de travail qui ont eu raison de lui et entrainé sa fatigue sévère et son AVC », confie une source bien informée, et d’exhorter les Gabonais et tous les Africains à plutôt « prier pour qu’il recouvre sa santé ».

 

Prosper AKPOVI