Madagascar : intoxication alimentaire mortelle dans le nord de l’île

Madagascar : intoxication alimentaire mortelle dans le nord de l’île

Madagascar : intoxication alimentaire mortelle dans le nord de l’île

A Madagascar, une intoxication alimentaire a fait huit morts et provoqué l’hospitalisation de 32 personnes à Antsiranana, dans le nord de la Grande île. L’Etat a décidé de prendre en charge le soin des personnes intoxiquées.

La cause de l’intoxication alimentaire qui a touché Antsiranana : la sardinelle, qui contrairement à ce que sous-entend son nom, est une sorte de grande sardine. Ce poisson est mortel pendant la saison des pluies, de novembre à mars. Ces clupéidés, leur nom scientifique, se nourrissent en effet d’algues toxiques.

23 autres espèces de poissons sont également concernées. D’après les chercheurs en médecine tropicale des pays de l’océan Indien, les toxines sont présentes dans la peau, la chair et les viscères de ces animaux. Antisranane est la plus grande ville du nord de Madagascar, mais aussi le troisième port de l’île.

La première victime a été annoncée dans la nuit de jeudi. Huit personnes, dont un enfant de six ans, sont décédées et trente-deux personnes sont toujours hospitalisées, avec divers symptômes : nausée, céphalées, crampes et diarrhée très violentes.

Les forces de l’ordre, des représentants des ministères du commerce, de la pêche, ainsi que des responsables de la ville sont donc descendus dans la foulée dans les marchés pour saisir les sardinelles en vente. Les produits confisqués ont été enterrés aux abords de la ville.

Les descentes se poursuivent pour éviter que des poissons infectés ne se vendent, puisque certains commerçants n’ont pas détruits leurs stocks,

Une enquête a aussi été ouverte, même si, d’après les forces de l’ordre, aucune plainte n’a encore été déposée par des proches des victimes.

La dernière grande intoxication de ce type remonte à 2012, elle avait alors coûté la vie à trois personnes.

                                                                                                                                                    Grogne d’Afrique