Rwanda : Le Rwanda « disposé » à accueillir les migrants maltraités en Libye

Rwanda : Le Rwanda « disposé » à accueillir les migrants maltraités en Libye

Rwanda : Le Rwanda « disposé » à accueillir les migrants maltraités en Libye

Le concert mondial des condamnations a été interminable face à la « découverte » de l’horreur de migrants africains réduits et vendus en esclaves en Libye. Dans un dernier appel à l’aide désespéré, l’Union africaine (UA) a demandé un appui pour le rapatriement de ces migrants. Le Rwanda est le premier pays à avoir concrètement réagi en acceptant de recevoir sur son sol certains migrants ou aider à leur rapatriement.

Le Rwanda veut apporter sa contribution après le retentissant scandale autour des migrants africains traités comme esclaves en Libye. Mardi, le président de la Commission africaine, Moussa Faki, a annoncé que le Rwanda qui prendra la tête de l’Union africaine l’an prochain, mettait à disposition son territoire pour accueillir les migrants.

“Je me réjouis de relever que le Rwanda nous a contacté pour non seulement marquer sa disposition et disponibilité à contribuer au transport de l’arrivée des migrants africains mais également d’accueillir sur son sol, un grand nombre d’entre eux…”, a souligné lors d’une conférence de presse M. Faki.

Toutefois, prévient-il, “la solution durable” à ces traitements inhumains qui prennent des allures de “crime contre l’humanité” comme le mentionnait le patron de l’ONU Antonio Guterres, c’est le “règlement du conflit libyen”, précise Moussa Faki.

Un sujet que le patron de l’Union africaine compte aborder lors de sa visite imminente à Bruxelles où il rencontrera son homologue de l’Union européenne.

Un engagement à recevoir 30.000 migrants bloqués en Libye

Après la suppression des visas pour les ressortissants des pays africains à compter du 1er janvier 2018, le pays de Paul Kagamé s’est engagé auprès de l’instance politique continentale à recevoir 30.000 migrants africains bloqués en Libye. Kigali  s’est aussi proposée pour aider l’Union africaine dans le rapatriement de ces migrants dans leur pays d’origine.

Depuis le scandale des migrants africains en Libye mis en lumière par la chaine américaine CNN, de nombreuses voix se sont élevées pour dénoncer ce drame, et exiger des autorités libyennes une enquête crédible. Certains pays comme la Côte d’Ivoire et le Cameroun ont déjà entamé le rapatriement de leurs ressortissants.

                                                                                                                 Grogne d’Afrique