Sommet CEDEAO – CEEAO: Mutualiser les efforts contre le terrorisme

Sommet CEDEAO – CEEAO: Mutualiser les efforts contre le terrorisme

Le sommet historique Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO) – Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC) tenu à Lomé (Togo) le 30 juillet s’est terminé sur une note globalement satisfaisante pour les deux organisations sous-régionales. Les Chefs de gouvernement des pays membres des deux organisations sous-régionales  se sont engagés à mutualiser leurs forces pour faire face aux différentes menaces sécuritaires.

L’objectif de cette rencontre historique était clair: créer les conditions d’une paix durable et d’un environnement sécurisé dans l’espace commun. Ainsi, les experts ainsi que les ministres des Affaires étrangères et ceux de la Sécurité de la CEDEAO et de la CEEAC, les chefs d’Etat ainsi que les responsables des délégations mandatés dans la capitale togolaise ont passé en revue la situation sécuritaire générale dans les deux régions et ont relevé, « les risques créés par la montée des défis sécuritaires, notamment en ce qui concerne le terrorisme, les trafics d’armes, d’êtres humains et de drogue, le blanchiment d’argent et la cybercriminalité ».

Une coopération plus renforcée et effective entre les deux communautés s’avère donc nécessaire. les 15 pays de la CEDEAO et les 11 de la CEEAC ont décidé « d’avoir une vision partagée des menaces et une approche commune des solutions à y apporter ». Ainsi, ils ont adopté la Déclaration de Lomé sur la paix, la sécurité, la stabilité et la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent dans les espaces de la CEDEAO et de la CEEAC.

« Au titre de la promotion de la paix et de la stabilité, les chefs d’Etat et de gouvernement s’engagent à coopérer pour prévenir les conflits, promouvoir la paix et la stabilité dans les deux régions à travers notamment la mise en place et le renforcement, aux niveaux national et régional, de mécanismes d’alerte précoce et de réponse rapide aux crises impliquant la société civile, les leaders d’opinion, les femmes, les jeunes et les acteurs étatiques. Ils condamnent les actes violents commis notamment dans le cadre des crises internes visant à déstabiliser les Etats et tendant à remettre en cause les frontières nationales. Les Chefs d’Etat s’engagent également à adopter, lors de leur prochain Sommet, un cadre régional portant convergence des principes constitutionnels au sein de la CEDEAO et de la CEEAC », indique le communiqué final des travaux.

Le document a été validé par la Conférence des chefs d’Etat aux rangs desquels, Faure Gnassingbé, en sa qualité de président en exercice de la CEDEAO, et Ali Bongo Ondimba pour la CEEAC.  L’accord de coopération en matière de police criminelle entre les Etats de l’Afrique de l’Ouest et de l’Afrique Centrale devrait être signé par les ministres désignés, avant la fin de l’année 2018.