Côte d’Ivoire: A un an de la présidentielle/  Ouattara moissonne sur les terres de Bédié

Côte d’Ivoire: A un an de la présidentielle/ Ouattara moissonne sur les terres de Bédié

En Côte d’Ivoire, Alassane Ouattara séduit du monde par son travail à la tête du pays, loin des ressentiments politiques peu ou prou fondés à son encontre. Il continue de conquérir des cœurs, même sur des terres de ses adversaires autrefois hostiles à lui. Illustration en date, sa tournée conquête dans le N’zi au centre-est du pays, une région généralement acquise à Henri-Konan Bédié et au Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI). Il a même fait une démonstration de force, avec la mobilisation monstre au meeting du samedi 28 septembre à Dimbokro. A un an de l’élection présidentielle de 2020, c’est bon pour le moral…

Pour des chantiers de développement

Développement, paix…C’est de ces idéaux que le Président de la République croyait devoir parler. Ce sont en tout les questions qui l’ont poussé à organiser cette tournée de quatre (04 jours, du 25 au 28 septembre derniers, dans le N’zi, la région centre-est du pays. « Je suis venu ici vous parler de paix, de rassemblement, de développement et de cohésion sociale. Je suis venu ici pour vous parler d’un projet de développement pour la région du N’Zi », a lancé Alassane Ouattara lors du meeting de clôture de sa tournée le samedi 28 septembre à Dimbokro. Il a lancé de grands chantiers de développement de cette région autrefois cacaoyère, qui a vécu ses heures de gloire dans les années 1960 et 1970, mais est abandonnée en matière d’infrastructures socioéconomiques.

Près de 10 milliards FCFA d’investissement pour électrifier 84 localités rurales du N’Zi

Electricité, routes, hôpitaux…ADO est bien conscient que tout était à refaire dans cette région, délaissée même par un de ses fils entre-temps Président, Henri Konan Bédié. Certains habitants vont jusqu’à rêver de  réouverture de l’usine textile UTEXI de grande réputation.  Les attentes des populations sont donc grandes et légitimes, et c’est pour y répondre qu’Alassane Ouattara s’est donné la peine de s’y rendre. Une semaine avant cette tournée, le Président de la République a même déjà lancé à Yamoussoukro, la capitale politique, des travaux de bitumage et de réhabilitation des routes. Des travaux estimés à 32,5 milliards Fcfa et qui devraient  permettre de retaper 35 kilomètres de routes revêtues et bitumer 4,5 kilomètres de voiries.

Les grands chantiers de développement, notamment d’électricité, de santé et de routes lancés au cours de cette tournée devront coûter la bagatelle de 25 milliards de FCFA. Toute une fortune, mais un sacrifice nécessaire pour le Chef de l’Etat qui tient tant à le rendre à cette région qui l’a vu naitre. Faut-il le rappeler, Alassane Ouattara a également inauguré un nouveau commissariat à Dimbokro, connecté en électricité un quartier de la ville de Bocanda, promis une gendarmerie et une maternité à Kouassi Kouassikro, entre autres.

Démonstration de force chez Bédié

Le Président Alassane Ouattara a été reçu chaleureusement par la population de Dimbokro, sur la terre de Bédié

Le Président de la République ne devrait sans doute pas s’attendre à un accueil aussi chaleureux de la part de la population. Que dire de la mobilisation populaire lors du meeting du samedi 28 septembre à Dimbokro ? C’est un stade Koné Samba Ambroise plein à craquer qui a suivi ADO.

Des observateurs trouvent à cette tournée d’Alassane Ouattara des allures de campagne pour son propre compte ou celui de son RHDP, le Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix, en ordre de bataille pour 2020. Qu’à cela ne tienne, ADO, accompagné de la Première dame et de tous les dignitaires de son régime, a profité de l’occasion pour vanter à nouveau son joli bilan économique et la stabilité politique retrouvée. Voilà qui devrait augmenter son crédit dans le cœur des populations de cette région.

Le President Alassane Ouattara, reçu par les femmes de la région de N’zi, la terre du Président du PDCI

C’est une véritable démonstration de force qu’il a faite, lorsqu’on sait que le N’zi, c’est chez l’ancien Président Henri Konan Bédié. En effet, même si Dimbokro a vu naitre Alassane Ouattara, c’est sur les terres du président du PDCI, qui ambitionne de postuler à la présidentielle de l’année prochaine, donc une terre hostile à ADO. Indication de taille, le candidat RHDP n’a même pas recueilli  10% des suffrages aux élections régionales de l’année passée, contre 38 % à celui du PDCI. Mais Alassane Ouattara  vient de démythifier cette hostilité, avec la mobilisation populaire autour de son séjour dans cette région centre-est. « Bédié doit trembler en voyant ces images. Nous on est allé moissonner sur ses terres, les seules dont il peut vraiment se prévaloir. Il a déjà du mal à ratisser large auprès de ses nouveaux amis, Soro et les pro-Gbagbo. S’il est intelligent, il doit se rendre à l’évidence de son échec avant l’heure et se ranger (…) », se gausse un admirateur premier d’ADO.

Visite d’Etat dans le N’Zi : Alassane Ouattara s’engage

Mine de rien, Alassane Ouattara est visiblement en train de (re)conquérir les terres de ses ex-amis et potentiels adversaires. Avant Henri Konan Bédié, c’est  Ferkessedougou, la ville natale la ville de Guillaume Soro dans le nord du pays, qui était tombée sous son escarcelle, avec le meeting géant tenu le 27 juillet dernier. Comme un coup k.o à lui assené, l’ancien Président de l’Assemblée nationale est devenu aphone et s’est retranché en Europe. C’est un boulevard qui s’ouvre devant ADO au cas où il déciderait de se représenter à sa propre succession en 2020. Une possibilité à lui offerte par la nouvelle Constitution adoptée en novembre 2016…

 

Prosper AKPOVI.