Côte d’Ivoire : La liberté conditionnelle de Gbagbo, une « arnaque » pour ses partisans

Côte d’Ivoire : La liberté conditionnelle de Gbagbo, une « arnaque » pour ses partisans

La CPI a libéré sous conditions, vendredi, l’ancien président, après son retentissant acquittement il y a deux semaines de crimes contre l’humanité.

« Des acquittés en liberté conditionnelle, c’est du jamais vu. Une arnaque. Tout cela, c’est pour les empêcher de rentrer dans leur pays. » Emmanuel n’entend rien cacher de sa colère aussitôt rendue la décision de la Cour pénale internationale (CPI) concernant Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé. « Moi je vais aller brûler le marché » menace le musculeux professeur de français, immédiatement rappelé à l’ordre par Darius Zogbé, le responsable local de la jeunesse du Front populaire ivoirien (FPI), le parti de Laurent Gbagbo.

A Gagnoa, dans la région natale de l’ancien président ivoirien et du leader de la Coordination de jeunes patriotes, l’annonce faite par la CPI vendredi 1er février a fait l’effet d’une douche glacée pour tous ceux qui espéraient une libération pure et simple des deux hommes, acquittés le 15 janvier en première instance des charges de crimes contre l’humanité commis durant la crise post-électorale de 2010-2011. « C’est une grande déception qu’une Cour qui se veut respectueuse des droits les maintienne dans une forme de détention »juge Darius Zogbé, tout en concédant « une petite satisfaction que le président Gbagbo et l’un de ses fils politiques sortent de prison. »

Liberté provisoire de Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé

Quelques minutes auparavant, la vingtaine de militants et cadres politiques baignaient pourtant dans une douce euphorie, portés par l’espoir de voir revenir Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé dans les prochains jours en Côte d’ivoire. Alors que les bouteilles de bière se vidaient par dizaines, résonnaient les chants à la gloire du « Christ de Mama » et du « Génie de Kpô », deux de leurs multiples surnoms. « CPI laisse Gbagbo, il n’a rien fait » entonnait un groupe d’adolescents, mené par un sourd-muet aux puissantes cordes vocales, avant de reprendre le tube du moment : « Allons à Gagnoa », où il est question de celui que « la CPI connaît et si je ne dis pas son nom le morceau ne sera pas doux. »

Cyril Bensimon