Gabon: Eau potable et assainissement dans le Grand Libreville

Gabon: Eau potable et assainissement dans le Grand Libreville

Le PIAEPAL entre dans sa phase d’exécution

L’assainissement de la capitale et la fourniture de l’eau potable aux habitants restent les préoccupations fondamentales des autorités gabonaises. Un projet avait été initié à cette fin, le Programme intégré pour l’alimentation en eau potable et l’assainissement de Libreville (PIAEPAL). La phase d’exécution a été lancée le lundi 25 novembre par le Premier ministre Julien Nkoghe Bekale, en présence des membres du gouvernement presqu’au complet.

Le Premier Ministre Julien Nkoghe Bekale lance officiellement le PIAEPAL

Axé autour de trois composantes à savoir,  développement des infrastructures de distribution d’eau potable, amélioration de la gouvernance sectorielle et renforcement des capacités, coordination et gestion du projet, le PIAEPAL, dans son volet 1 «Eau Potable», permettra la construction de près de 300 km de canalisations, réparties entre renouvellement dans les anciens quartiers et extension dans les nouvelles zones de peuplement du Grand Libreville comprenant les communes d’Akanda, Libreville, Ntoum et Owendo, bref plus de la moitié de la population vivant au Gabon. Ce qui relève toute son importance.

«Concrètement, il s’agira, entre autres, de renouveler 149 kilomètres de réseaux de distribution d’eau potable, de renforcer et d’étendre le réseau de distribution en eau potable sur 131 kilomètres, de réparer les fuites d’eau potable dans certains bâtiments administratifs ainsi que dans les camps des forces de défense et de sécurité par la pose de 20 kilomètres de canalisation, de construire 3 nouveaux châteaux d’eau et de supprimer les branchements d’eau anarchiques», a relevé le ministre de l’Énergie et des Ressources hydrauliques, Tony Ondo Mba.

Le PIAPEL se veut une réponse appropriée du Président de la République à la problématique de l’accès à l’eau potable dont il a fait l’un des piliers de sa vision politique, celle de garantir à l’horizon 2025, un accès universel durable des populations à ce précieux liquide et à l’assainissement du territoire national. Financée à hauteur de 77 milliards de francs CFA, à travers un prêt de la Banque africaine de développement (BAD) et de l’Africa growing together fund (AGTF), sa mise en œuvre, selon le rapport d’évaluation, permettrait à 920.000 habitants du Grand Libreville de bénéficier d’un approvisionnement régulier en eau potable, portant à terme le taux de desserte à 80% contre 52% actuellement.

       Prosper AKPOVI