Gabon : Pascal Houangni Ambourouet en guerre contre le tribalisme

Gabon : Pascal Houangni Ambourouet en guerre contre le tribalisme

Le tribalisme est un fléau de société qui sévit un peu partout et le Gabon n’y échappe pas. Les médias en rajoutent parfois, consciemment ou non, par leurs écrits et productions. Un acteur politique est déterminé à lutter contre ces fléaux au Gabon. Son nom, Pascal Houangni Ambourouet, député et ministre du Pétrole.

L’homme a lancé, avec son association « Tendance avenir », une campagne de sensibilisation contre le tribalisme. C’était ce samedi 6 avril 2019 à Port Gentil, dans la province de l’Ogooué Maritime. C’était l’occasion pour lui de fustiger ce fléau qui, dans certains pays, a été à l’origine de génocides et d’autres désolations, mais aussi de la xénophobie qui est une réalité au Gabon.
En effet, d’éminentes personnalités du Gabon originaires d’autres pays qui ont pourtant donné toute leur vie pour sa prospérité, ont été victimes d’attaques xénophobes, de même que des ressortissants de pays africains en général. Ces derniers sont accusés, à tort ou à raison, par les Gabonais de venir arracher leurs boulots. Autant de clichés qui mettent à mal la cohésion nationale.

Pour lutter contre ces fléaux, il faut absolument en parler ensemble, pense Pascal Houangni Ambourouet. « Nous ne pouvons pas régler le problème du tribalisme et de la xénophobie si nous n’en parlons pas ensemble », croit-il dur comme fer.

Ce qui rebute aussi l’homme, c’est le recours maladroit à ces clichés ou la récupération faite par certains acteurs politiques ou leaders d’opinion en manque de sensations fortes pour des objectifs bien précis. « Dans la sphère politique, des acteurs à cours d’inspirations et d’arguments mobilisent les différentes richesses de notre beau pays pour en faire une exploitation aux fins d’accéder au pouvoir ou de le conserver », a t-il dénoncé.

Convaincu que la lutte contre le tribalisme et la xénophobie doit être collégiale, Pascal Houangni Ambourouet a appelé ses interlocuteurs et tous les Gabonais en général à s’engager résolument contre ces fléaux. Vivement le changement des mentalités afin que ces fléaux d’une autre époque ne soient que de lointains souvenirs au Gabon…