Gabon: Seydou Kane, la dernière victime de la calomnie de Jonas Moulenda

Gabon: Seydou Kane, la dernière victime de la calomnie de Jonas Moulenda

Un milliard de FCFA et deux véhicules de luxe pour corrompre Noureddin Bongo et Brice Laccruche Alihanga et obtenir un marché. C’est la dernière allégation mensongère du tristement célèbre Jonas Moulenda sur Seydou Kane. Une ânerie en réalité pour qui connaît l’homme d’affaires malien…Manifestement, Seydou Kane est simplement victime de sa célébrité.

 La dernière folie de Jonas Moulenda   

« (…) Pour obtenir des marchés publics, a confié une autre source, les hommes d’affaires se devaient de verser des pots-de-vin à la pègre du fils d’Ali Bongo. Il accordait ces marchés publics au mépris des dispositions légales qui exigent des appels d’offres pour des montants dépassant les 200 millions de FCFA. Le marché des voiries de Franceville, le chef-lieu de la province du HautOgooué (sud-est), a été confié l’année dernière au sulfureux homme d’affaires malien Seydou Kane. Il n’y a eu aucun appel d’offre. Kane aurait consenti à donner 1 milliard de F CFA à Nourredine Bongo et Brice Laccruche. En sus de cette somme, il leur a offert deux véhicules haut de gamme de marque Toyota, de type Land Cruiser, de couleur noire. « Pour éviter que le président ne découvre cette mafia, Nourredine Bongo et Brice Laccruche Alihanga ont envoyé ces véhicules à Franceville », a confié une source proche de la garde républicaine ».

Voilà la dernière diffamation de Jonas Moulenda, dans un article diffamatoire titré « Marchés publics: Seydou Kane avait soudoyé Nourredin Bongo et Brice Laccruche Alihanga avec un milliard de FCFA et deux véhicules de luxe ». Ces écrits ne mériteraient peut-être pas une halte s’il n’y avait pas une volonté d’écorner l’image d’honnête citoyens, notamment Noureddin Bongo, le Coordinateur général des affaires présidentielles et l’homme d’affaires malien Seydou Kane. Dans la foulée, c’est le même Jonas Moulenda qui raconte, dans un autre article, que la famille présidentielle se serait partagé la bagatelle de 53 milliards de FCFA appartenant à l’ancien Directeur de cabinet Brice Laccruche. « C’est une belle connerie. Noureddin a vraiment besoin d’un milliard de FCFA ? Est-ce que Jonas Moulenda, lui, était présent quand le partage se faisait ? », s’est enquis un acteur politique.

Si ce que tu as à dire n’est pas plus important que le silence, vaut mieux te taire. Cette sagesse populaire, Jules Moulenga l’ignore visiblement.

Seydou Kane victime de son succès

C’est un manque de respect à Seydou Kane que de darder qu’il doit corrompre pour se faire attribuer un marché. « Monsieur Kane n’a pas besoin de corrompre pour gagner un marché, les ouvrages réalisés au Gabon et ailleurs parlent pour lui. Le monsieur part naturellement avec plusieurs longueurs d’avance sur ses concurrents (…) », témoigne un grand acteur des BTP, et de caricaturer : « C’est comme au football, un défenseur qui a affaire à Lionel Messi ».

Une chose est certaine, Seydou Kane fait partie des entrepreneurs de référence au Gabon. La multitude de marchés gagnés et exécutés avec maestria constitue pour lui un bon témoignage. « Dans les BTP, on n’a pas meilleur atout que la qualité des travaux exécutés, le respect des délais et du cahier des charges », confie un cadre du ministère en charge des travaux publics. Et justement cette compétence de Seydou Kane est sollicitée partout en Afrique. C’est un homme d’affaires à dimension internationale, présent dans de nombreux pays d’Afrique dont le Mali, la Côte d’Ivoire, le Togo…

La particularité de Seydou Kane, c’est qu’il préfinance souvent ses marchés. « Préfinancer des marchés de BTP, pas de millions, mais souvent de plusieurs milliards de FCFA, ce n’est pas donné à tout le monde ; il faut avoir les reins solides et surtout aimer le pays, faire confiance aux dirigeants pour le faire. Le plus souvent nous les entrepreneurs, on préfère les marchés financés et on exécute les travaux selon les décaissements », avoue un homme d’affaires reconnu de la place.

Seydou Kane, c’est un demi-millier de Gabonais employés. Malheureusement, il est souvent victime d’ingratitude et même de xénophobie. Bien que n’étant pas gabonais de naissance, il fait partie des bâtisseurs du pays. C’est aussi un homme de grand cœur, très présent dans le social.

Jonas Moulenda, une fabrique à mensonges

L’évocation de son seul nom suscite du dégoût, et pour cause. Jonas Moulenda, directeur du journal « Faits divers » et du site « matindafrique.com », en plus d’être connu comme un activiste notoire de l’opposition en mal de sensations fortes, est également réputé pour ses écrits calomnieux à l’égard des dirigeants gabonais, sur fond de mensonges grotesques. « C’est une fabrique à mensonges, le gars ». Cette caricature colle bien à Jonas Moulenda.

Le gars a en effet la triste réputation de s’en prendre, sans aucun fondement, à des personnalités de référence. Hier, c’est à l’ancien Directeur de Cabinet Maixent Accrombessi qu’il s’en prenait, ou encore le Chef de l’Etat qu’il accusait de 1237 crimes rituels prétendument commis entre 2009 et 2016 au profit de son pouvoir qu’il dit fondé sur le mysticisme au gré de sacrifices de sang et d’organes humains… « (…) C’est dommage, Il a un rapport de fidélité avec la calomnie », ajoute notre interlocuteur susmentionné.

 « Défiance maladroite, incompétence professionnelle notoire, haine gratuite d’un prébendé en demi-solde des ennemis du développement gabonais ? Xénophobie congénitale, résultat patent d’une éducation manifestement ratée, irresponsabilité consciemment entretenue (…) ? Provocation suicidaire ou folie chronique ?  (…) L’asile psychiatrique ou le gnouf pour le potinier Jonas Moulenda ?», se demandait grognedafrique.com, dans un article écrit sur le monsieur. Tout porte à croire que Jonas Moulenda ne peut plus changer.

Prosper A. NDONG