HISTOIRE: THOMAS FULLER, LE MATHÉMATICIEN ESCLAVE DE GÉNIE.

HISTOIRE: THOMAS FULLER, LE MATHÉMATICIEN ESCLAVE DE GÉNIE.

Thomas Fuller était un Africain, déporté en Amérique comme esclave en 1724. Il avait des dons remarquables pour les calculs. Et c’est vers la fin de sa vie qu’il fut découvert par des militants anti-esclavagistes, pour qui il servit de preuve que les Noirs ne sont pas mentalement inférieurs aux Blancs.

Le lieu de sa naissance semble se situé entre l’actuel Libéria et le Bénin. Connu sous le nom de N*gro Tom, nous savons qu’on le décrivait comme un homme très noir et nous savons aussi qu’il vivait en Virginie après sa déportation. On sait pour sûr qu’à la fin de sa vie, il était la propriété d’Elizabeth Coxe d’Alexandrie.
Thomas Fuller, connu sous le nom de « La Calculatrice de Virginie », a été arraché à son Afrique natale quand il avait quatorze ans et fut vendu à un planteur. Quand il avait environ soixante-dix ans, deux messieurs, originaires de Pennsylvanie, à savoir, William Hartshorne et Samuel Coates, après avoir entendu parler de ses dons exceptionnels en arithmétique, alors qu’ils voyageaient non-loin de là où habitait cet esclave, l’ont fait venir. Et leur curiosité fut suffisamment récompensée par les réponses qu’il a données aux questions suivantes:

Premièrement : quand on lui a demandé combien de secondes il y avait dans une année et demie, il a répondu en deux minutes environ, 47 304 000.

Deuxièmement: On lui demanda combien de secondes avait vécu un homme de 70 ans, 17 jours et 12 heures, il répondit en une minute et demie 2 210 500 800. L’un des messieurs qui avait saisit sa plume pour effectuer le calcul lui a dit qu’il avait commis une erreur, et que la somme n’était pas aussi grande qu’il l’avait dit. Ce sur quoi le vieil homme répondit: « Arrêtez Maitre ! Vous avez oublié l’année bissextile ». En ajoutant le montant des secondes des années bissextiles les deux totaux arrivèrent au même résultat.

Aujourd’hui, on pense que Fuller a appris à calculer en Afrique avant d’être déporté aux États-Unis comme esclave.
Malgré les réponses parfaites de Fuller, il sembla à Hartshorne et Coates que ses capacités mentales aient été meilleures. Ils écriront:

« Il avait les cheveux gris, et présentait plusieurs autres marques de faiblesse due à la vieillesse. Il avait travaillé dur dans une ferme toute sa vie durant, mais n’a jamais été intempérant dans l’usage des liqueurs. Il parlait avec grand respect de sa maîtresse, et mentionna, avec beaucoup d’égard, ses obligations envers elle pour avoir refusé de le vendre; bien qu’elle fut tentée de le faire, par les grosses sommes d’argent qu’on lui avait proposé».

L’un des gentlemen, monsieur Coates, affirma qu’il est dommage que Fuller n’aie pas reçu une éducation à l’égal de son génie. Ce sur quoi il répondit

« Non Maitre! C’est mieux que je ne sois jamais allé à l’école. Il y a trop de gens éduqués qui sont idiots ».