Histoire: Il était une fois, un pape nommé Lucius 1er

Histoire: Il était une fois, un pape nommé Lucius 1er

Lucius, natif de Rome, succéda à Corneille, le 20 octobre 253. Sous les deux papes précédents, Lucius avait été le principal ornement du clergé de Rome ; après la mort de Corneille, il fut jugé le plus digne de lui succéder. Il n’exerça pas longtemps les fonctions de sa charges, car fut exilé aussitôt après son élection par les persécuteurs, avant d’être autorisé à revenir à Rome, où il reçut bientôt la couronne du martyre, le 4 ou le 5 de mars l’an 254, n’ayant gouverné l’Église que pendant cinq mois seulement et quelques jours.

Durant son court pontificat, Lucius ordonna que les ministres des autels ne fussent jamais choisis que parmi des hommes de la vertu la plus pure ; qu’aucun d’eux n’entrât jamais seul dans la maison d’une femme. Aucun prêtre ne devait jamais habiter près d’une femme, à moins qu’elle ne fût sa parente au premier degré. La peine contre le prêtre était la déposition ; la peine contre la femme était l’exclusion de l’Église.

Préoccupé, comme saint Évariste, de la grandeur attachée à l’élévation pontificale et à la dignité épiscopale, Lucius voulut que deux prêtres et trois diacres accompagnassent constamment le pontife et les évêques, afin d’avoir des témoins de leur conduite et de leur innocence.

Lorsque Lucius fut autorisé à revenir à Rome, saint Cyprien lui adressa une lettre de félicitation. Le pape la reçut avec un transport de joie. Cyprien ne doutait pas que Dieu n’eût accordé la fin d’un exil dans un lieu obscur pour ramener, sur un théâtre plus brillant, celui qui était destiné à périr à la grande clarté de Rome. En deux ordinations, Lucius créa sept évêques, quatre prêtres et quatre diacres. Il fut enterré dans la cimetière de Calixte.