Nomination de Freddy Matungulu au conseil d’administration de la BAD : ce geste qui fragilise la coalition Lamuka

Nomination de Freddy Matungulu au conseil d’administration de la BAD : ce geste qui fragilise la coalition Lamuka

RDC: Le geste qui fragilise la coalition Lamuka

Dans les couloirs du QG de la coalition Lamuka, la nouvelle semble ne pas trop déranger. Même si elle surprend plus d’un, l’on se résout au fait que la coalition est en train de se vider de sa substance. Après les distances prises par Moise Katumbi alors président de cette coalition, son successeur évident, suivant la règle de la présidence tournante qu’ils ont établie, Freddy Matungulu se met aussi en retrait. Nommé au conseil d’administration de la Banque africaine de développement (BAD), cet ancien ministre et économiste au FMI accepte la « main tendue » du président Félix Tshisekedi qu’il combattait aux côtés de Martin Fayulu et de Jean-Pierre Bemba

Dans un communiqué du 11 juillet 2019, Freddy Matungulu a salué le geste du président de la République Félix Tshisekedi, geste qu’il qualifie « d’acte d’ouverture » qui démontre sa volonté « de privilégier l’intérêt supérieur de l’Etat et de rassembler les Congolais au-delà des clivages et affrontements politiques si nuisibles à la Nation ».

Freddy Matungulu au premier plan

En acceptant ce poste proposé par le chef de l’Etat, Freddy Matungulu avalise indirectement cette fragilité qui règne au sein de la coalition Lamuka depuis un certain temps. Déjà, les distances prises par Moise Katumbi aux lendemains de la victoire de Félix Tshisekedi à la présidentielle de fin 2018 démontraient des signes de fébrilité au sein de ce groupe dont la lutte pour la vérité des urnes était menée par Martin Fayulu, le candidat malheureux à la présidentielle.

L’on voyait aussi une démarcation de l’aile dure de cette coalition de Jean-Pierre Bemba, lors de son premier meeting à Kinshasa depuis sa remise en liberté par la CPI. Ce dernier affirmait s’inscrire dans une « opposition républicaine », respectueuse des lois de la République, contrairement à Martin Fayulu qui prônait la désobéissance civile.

Des défections au sein de cette coalition, à l’instar de celle de l’ancien chef de guerre Antipas Mbusa Nyamwisi, n’ont pas ébranlé la volonté de Martin Fayulu de continuer les contestations des résultats de la présidentielle de décembre 2018. Mais la nomination de Freddy Matungulu à la BAD est un sérieux coup de massue sur la tête de la coalition Lamuka. N’est-ce pas l’une des raisons qui auraient motivé la réunion prochaine du présidium le 24 juillet à Lubumbashi ?

En attendant que le choix de Freddy Matungulu soit entériné par les ministres des Finances du Burundi, du Cameroun, du Congo, de la Centrafrique et de la RDC lors de l’Assemblée annuelle prévue en août prochain, le nouvel administrateur de la BAD devra défendre les intérêts de son pays et des 5 autres pays d’Afrique centrale.

Pour se faire, l’intéressé a décidé de prendre une distance conséquente de ses activités politiques militantes, y compris dans Lamuka pour se consacrer en priorité à l’effort collectif.

D.BRIANT