BENIN : Patrice Talon, le Président prédateur le plus méchant de tous les temps

BENIN : Patrice Talon, le Président prédateur le plus méchant de tous les temps

  • IL DOIT PARTIR !

Le Bénin va mal et ce n’est qu’un euphémisme. Les béninois souffrent depuis bientôt seize mois le martyr. Les sangsues de la république ont pris le pays en otage et confondent facilement les biens publics et leurs propriétés privées.

Les sangsues de la république développent un appétit glouton pour les marchés publics dans tous les secteurs donnant l’insistante impression que sans les biens de la jeune nation en construction ils ne pourraient pas joindre quotidiennement les deux bouts. Une gourmandise qui s’est muée en une voracité criarde ainsi que l’on peut aisément le constater dans tous les secteurs d’activités publics. Une confiscation de la manne nationale par les dits proches et les laudateurs du bénin qui se révèle difficilement, au nez et à la barbe de la grande majorité des partis politiques dont les responsables préfèrent se contenter de la portion congrue pendant que l’indigence dicte sa loi au peuple. Et comme si cela ne suffisait pas, le musellement des libertés et la manipulation des médias, dans une atmosphère de terreur et de diverses menaces, font peser de graves menaces sur la démocratie béninoise .Et il suffit d’oser assumer ses opinions pour être contraint ou à la mendicité ou au reniement des valeurs républicaines.

Des insignifiants de la république, qui n’ont donné la preuve de leurs compétences nulle part, en véritables prédateurs des maigres ressources nationales, font mains basses sur tout et souvent de manières éhontées. Échouant spectaculairement dans toutes les pseudo réformes, ils dénotent d’un amateurisme désolant et sont obligés de donner dans des injures ou d’exceller dans la méchanceté gratuite. Aussi les voit- on utiliser les mécanismes classiques de contrôle de gestion des affaires publiques comme des moyens de pressions voire de chantage contre tous ceux qui s’opposent à la prédation des ressources nationales. Une véritable négation de la valeur humaine qui trahit toutes les professions de foi et qui plombent les minuscules efforts de rares autorités et cadres. Faisant peser un grand spectre de déluge sur tout le pays, les sangsues de la république n’ont cure de la mise en œuvre d’un PAG. Face à ce tableau noir de la gouvernance sous le bénin dit révélé, depuis plus de quinze mois, le Président de la république, seul ayant le devoir de rendre compte au peuple au soir du 06 avril 2021 ,doit prendre ses responsabilités. Le chef de l’État, au risque de donner la pesante impression de cautionner la prédation des ressources nationales et l’utilisation des positions occupées dans l’appareil de l’État à des fins inavouées, doit se soustraire du diktat de tous les laudateurs, les sbires et les supposés ouvriers de la première heure. Le président patrice talon doit être sensible aux pleurs et aux malheurs des béninois et des béninoises qui vivotent. Au cas contraire, il court le grand risque de rentrer dans l’histoire par la toute petite porte.

 

                                                                                                                                   Médéric-François Gohoungo