LE PEUPLE SUD SOUDANAIS ASPIRE TOUJOURS A LA PAIX, APRES HUIT ANS D’INDÉPENDANCE

LE PEUPLE SUD SOUDANAIS ASPIRE TOUJOURS A LA PAIX, APRES HUIT ANS D’INDÉPENDANCE

Sud SoudanLe peuple sud soudanais aspire toujours a la paix, après huit ans d’indépendance

Depuis la crise du Soudan du Sud en 2013, qui a dégénéré sur une guerre civile entre partisans du président Salva Kiir et ceux du Vice-président Rieck Machar, jusqu’à ce 09 juillet dernier, date du huitième anniversaire d’indépendance du pays, les choses ne semblent pas se stabiliser. Malgré les accords de cessez-le-feu permanents signés à Khartoum les 7 juillet et 5 août 2018, la crise continue.

Après huit années d’indépendance, le pays Sud Soudanais toujours en attente à une paix qui est supposée reigner le jour même de la signature de l’accords de cessez-le feu. Pour le peuple Soudanais c’est un espoir perdu. Il doit de se rendre dans d’autres pays voisin pour trouver refuge.

Ce pays souverain, à l’âge de huit ans, suite à un référendum d’autodétermination qui a consacré la sécession avec le soudan, organisé du 09 au 11 janvier 2011 n’a pas atteint son objectif : la paix. Il a manqué d’instaurer cette paix en son sein pour ses enfants.

Peuple Soudanais en guerre civile

 La situation sécuritaire toujours fragile dans le pays, les accords signés entre les deux rivaux Salva Kiir et Riek Machar peinent à trouver un terrain d’attente pour accorder la paix au peuple languissant.
Selon la mission des Nations unies au Soudan du Sud (UNMISS), plus de 100 personnes ont été tuées récemment, alors que l’accord conclu entre les deux hommes forts devait permettre de mettre fin aux querelles entre les Dinkas, l’ethnie de l’actuel président Salvar Kiir, et les Nuers, l’ethnie de Rieck Machar
Aujourd’hui rien n’est fait pour arrêter les morts d’hommes et même les viols.  L’ONU évoque même l’accroissement des actes de viols. Ceci, Malgré les démarches de paix engagées par les organisations internationales sur le terrain. 
Les accords de cessez-le-feu permanents signés à Khartoum les 7 juillet et 5 août 2018 se sont aussi démontrés inefficaces. Selon ces accords, Rieck Machar devrait retrouver son poste de premier vice-président pendant trois ans. 
Pour l’heure, la situation de crise persiste dans le pays, remettant en cause l’importance même de l’indépendance du pays.

Possible sorti de crise les heures qui suivent ?

Malgré la poursuite de la crise, le président de l’Institut international de gestion des conflits, Kag Sanoussi se dit d’ailleurs confiant, et crois à une sortie de crise. Il souligne quand-même que les acteurs politiques du Soudan Sud doivent être encadrés pour attendre l’objectif de paix. « La situation de crise pourrait toutefois connaître un dénouement heureux si tout se passe bien avec les négociations en cours entre les deux parties en conflits », C’est ce qu’a laissé entendre Kag Sanoussi.

Denise BRIANT