Bénin : Patrice Talon détourne 37 Milliards

Bénin : Patrice Talon détourne 37 Milliards

 Patrice Talon détourne 37 Milliards

Pat Talon

  • Enfin le vrai visage du dictateur sans cœur

Celui qui avait déversé des dizaines de milliards dans la campagne électorale de la récente présidentielle n’était pas aussi dupe que ça. Il a apparemment son plan de récupération qu’il a soigneusement déjà mis en branle. Il fallait rapidement récupérer toutes ces ressources gaspillées à acheter les consciences des Béninois et à recruter des spécialistes de fraude électorale. Et ne nous y trompons pas, la formule est bel et bien en marche. Comment procède t-il ? Tout simplement en puisant dans les réserves de l’Etat via des procédures bien élaborées avec la complicité de quelques suppôts savamment placés à la tête des institutions financières du pays. La dernière en date concerne la bagatelle somme de 37 milliards de francs habilement soustraits du trésor public quelques jours avant la villégiature du dictateur vers les pays du golfe.

En effet, sur convocation du ministre des finances et de quelques responsables du trésor, des Directeurs de sociétés d’Etat avait été obligés de signer des documents soigneusement préparés à cet effet sans aucune possibilité de rechigner. Parce qu’on leur interdit la détention de quelque instrument d’enregistrement ou de photographie possible (portable et autres), ces DG n’avaient nullement aucune possibilité de retracer ces véritables opérations kamikaze. Vous signez tout simplement et vous repartez. En retour vous avez votre petite commission après que les fonds aient étés virés sur le compte de qui vous savez. Au total 37 milliards auraient été ainsi frauduleusement extirpés du trésor public récemment.

Alors même que tous les secteurs d’activités du pays sont à l’agonie, monsieur le promoteur d’un ‘’nouveau départ’’ va se délecter dans des endroits somptueux des pays du golfe. Des sources crédibles font même état de dépôts effectués par le chef de l’Etat à Dubaï pour le compte d’une société enregistrée dans un paradis fiscal.

Au même moment les Béninois sont confrontés à d’énormes difficultés au quotidien.  Tout le monde sait qu’en ce moment, des hôpitaux ont de la peine à assurer le service minimum. Des Écoles et Universités sont paralysées, les secteurs des transports, de l’agriculture sont en décrépitude. La corruption est à son stade le plus élevé. Pire encore, en ce moment, des formules sont toutes trouvées pour surveiller de prêt tous ceux qui sont contre la forfaiture. Pour de sales besognes, le régime Talon a littéralement ses milices qui s’adonnent à des missions inadmissibles dans une démocratie. A quelle fin ces groupes sont-ils créés ? Nul ne saurait le dire. Une chose est sure, c’est que dans tous les pays où des dictateurs se sont amusés à la création de ces groupuscules de malfaiteurs, on en est toujours arrivé à des conflits armés. Telle serait la volonté de Talon ? Nul ne le sait.

De toutes les façons, pour ce qui concerne le détournement en continu des deniers du pays, les institutions y afférentes devraient prendre leurs responsabilités, notamment le parlement qui a un rôle déterminant à jouer sur ces questions et qui a d’ailleurs la possibilité d’enclencher une procédure de destitution vis-à-vis d’un président qui s’adonne à des pratiques inadmissibles de ce genre.

A l’époque Talon avait été présenté comme le moindre mal béninois dans le lot des candidats à la présidentielle. Aujourd’hui il se révèle aux yeux des Béninois comme le pire des maux. Il va falloir l’évacuer à temps avant que le peuple n’assiste au pire.

Prosper A. Ndong