Gabon : Ali Bongo Ondimba visite la BVMAC

Gabon : Ali Bongo Ondimba visite la BVMAC

Le président de la République, Son Excellence Ali Bongo Ondimba, s’est rendu à la Bourse des valeurs mobilières de l’Afrique centrale (BVMAC) pour apporter son soutien à cette entreprise de marché engagée dans la transformation des économies sous régionales. Au Gabon, « la mutualisation des efforts de financement des entreprises a permis la création de 3.000 emplois directs et indirects », s’est félicité le chef de l’État.

 

Véritable vecteur de croissance et d’intégration pour la sous-région, cette place financière dont le Gabon est le premier émetteur s’avance vers sa taille critique en développant un compartiment ‘actions’ qui doit, à terme, symboliser le slogan de la BVMAC présenté au Chef de l’État, « Le monde bouge, l’Afrique centrale aussi ». Alors que tarde la libéralisation des flux commerciaux intégrés, l’Afrique centrale est invitée à accélérer les négociations de l’Accord de partenariat économique (APE) avec l’Union européenne. Mandaté par ses pairs de la CEMAC depuis la Conférence des chefs d’État de mai 2015, Ali Bongo Ondimba assure le leadership dans le dialogue politique en vue de la conclusion d’un APE régional, complet et équilibré. Société de droit privé constituée sous la forme anonyme et forte d’une capitalisation boursière de 556 milliards de FCFA, la BVMAC est investie à titre exclusif de l’organisation, de l’animation et de la gestion du marché financier régional. Comme l’a indiqué le président du Conseil d’administration Henri-Claude Oyima, l’institution doit organiser l’inscription et la cotation des valeurs, assurer la publication des cours et promouvoir le développement du marché. Dans un seul et même objectif : accompagner le décollage économique dans une dynamique de soutien à l’entreprenariat privé. Depuis sa création en 2013, la BVMAC est placée sous le contrôle de la Commission de surveillance du marché financier de l’Afrique centrale (COSUMAF), régulateur pour la Communauté économique et monétaire des États de l’Afrique centrale (CEMAC), qui regroupe le Gabon, le Cameroun, la Centrafrique, le Congo, la Guinée équatoriale et le Tchad.

 

Chantal MINKO