Côte d’Ivoire: Présidentielle de 2020/Amadou Gon coulibaly, l’exceptionnel candidat du Président OUATTARA

Côte d’Ivoire: Présidentielle de 2020/Amadou Gon coulibaly, l’exceptionnel candidat du Président OUATTARA

Côte d’Ivoire:  Présidentielle de 2020/Amadou Gon Coulibaly, l’exceptionnel candidat du Président OUATTARA

Amadou Gon Coulibaly, le dauphin naturel d’ADO

A l’évocation de son nom, on pense tout de suite Premier ministre de la Côte d’Ivoire, et à raison d’ailleurs. Nommé à la Primature depuis le 10 janvier 2017, l’homme assure assez bien. Mais Amadou Gon Coulibaly, AGC pour les intimes, est plus qu’un simple PM. Il est de plus en plus vu en dauphin naturel d’Alassane Ouattara pour la présidentielle de 2020. Et à tous points de vue, il ferait un bon Président de la République. Ce ne sont pas les compétences qui lui manquent.

Un cursus séduisant et des compétences avérées

le Président Alassane Ouattara et son dauphin Amadou Gon Coulibaly

Secrétaire Général de la Présidence de la République depuis l’avènement au pouvoir d’Alassane Dramane Ouattara en 2011, soit durant six ans, Amadou Gon Coulibaly, bien que discret, a fait preuve d’efficacité. Des performances qui ont séduit et convaincu le Président de la République à le promouvoir et le nommer à la Primature pour gérer tout le gouvernement. Et ADO ne s’est pas trompé de choix. AGC le lui rend bien.

Amadou Gon Coulibaly n’est pas tombé là par hasard. Sa promotion n’est que le fruit de compétences et d’un cursus fort appréciables. Ses compétences ont été fourbies par sa formation. Ingénieur de l’Ecole des Travaux Publics (ETP) de Paris en 1982 et diplômé du Centre des Hautes Etudes de la Construction (CHEC Paris), Amadou Gon Coulibaly a été taillé pour être efficace.

Politiquement, c’est un homme rôdé. Au titre de mandats électifs, AGC a été député à l’Assemblée Nationale (1995 à 1999) et maire de la Commune de Korhogo. Membre du Comité central et du Bureau politique du Rassemblement des Républicains (RDR), le parti d’Alassane Ouattara, il a gravi tous les échelons jusqu’au poste de Secrétaire Général Délégué. Avant de se voir nommer à la Primature, Amadou Gon Coulibaly était Directeur du Cabinet ICEF (International de Conseil d’Etudes et de Formation), de 1996 à 2000 ; ministre d’Etat, ministre de l’Agriculture du Gouvernement de Réconciliation Nationale (mars 2003 à février 2005) ;  ministre de l’Agriculture (2006 – 2010) ; ministre d`Etat, Secrétaire Général de la Présidence de la République (juin 2011 – janvier 2017).

                                        Loyauté à ADO   

Adamou Gon Coulibaly, Premier Ministre, le Dauphin naturel de ADO                                 

La loyauté tend à devenir une vertu rarissime. Mais au-delà des compétences, ce qui caractérise le plus Amadou Gon Coulibaly, c’est sa fidélité au Président ADO. Depuis qu’ils se sont connus dans les années 1980, alors que le premier était jeune ingénieur de la Direction et contrôle des grands travaux (DCGT) et le second gouverneur de la Banque centrale des États de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO), les deux hommes ne se sont plus quittés. Cette rencontre était le début d’une aventure commune qui dure depuis bientôt quarante ans.

Devenu Premier ministre, Alassane Ouattara le nomma au sein de son cabinet en 1990. L’histoire rapporte que le Président d’alors, Félix Houphouët-Boigny tenta de le débaucher ; mais AGC l’envoya paitre, jurant fidélité à ADO. Collaborateur de premier cercle d’Alassane Ouattara, il lui a presque confié sa vie. Amadou Gon Coulibaly a été de tous les combats avec Ouattara, depuis la naissance du RDR dont il aurait même rédigé certains textes fondateurs. Beaucoup s’étonnent même de cette loyauté unique en son genre au point de la suspecter. 

La confiance est réciproque entre ADO et lui. Au regard de cette confiance mutuelle, la gestion de beaucoup de dossiers lui est confiée, de même que l’arbitrage de beaucoup d’autres techniques, contrairement sous ses prédécesseurs à la Primature où des affaires étaient directement gérées à la Présidence pour manque de conscience. Selon les sources bien informées, les deux hommes déjeunent ensemble au moins une fois ensemble et se parlent deux fois au moins par jour.

 

Dauphin naturel et présidentiable en puissance

Alassane Draman Ouattara, Président de la Côte d’Ivoire

Alassane Ouattara a plus d’une fois déjà déclaré qu’il ne compte pas se représenter à sa propre succession à la présidentielle d’octobre 2020. Mais il y a aujourd’hui une sorte de redistribution des cartes sur le landerneau politique et difficile de dire avec exactitude qui sera candidat du Rassemblement des houphouetistes pour la démocratie et la paix (RHDP), la coalition au pouvoir. Mais AGC est peint comme un dauphin naturel du Président Alassane Ouattara, le cheval gagnant en cas de non candidature d’ADO.

Sa nomination au poste de Premier ministre était perçue par certains observateurs avisés même comme une mise sur orbite pour 2020. Qu’à cela ne tienne,Amadou  Gon Coulibaly ne pique pas la grosse tête, ne s’emballe point. « Tel un soldat, il se tient prêt à servir, mais reste subordonné au Chef de l’Etat et son parti. Ne comptez pas sur lui pour faire du bruit », confie une source. Une chose est certaine, des signaux apparaissent de jour en jour sur les réelles idées du Président Alassane Ouattara. Comme le fait de confier à Amadou Gon Coulibaly les rênes du nouveau RHDP.

Après plusieurs mois de tergiversations, ADO a tranché et désigné mi-juillet dernier les hommes et femmes devant constituer l’ossature du RHDP. Et ils sont pour la plupart jeunes, parmi lesquels des fidèles du Président de la République dont le ministre de la Défense Hamed Bakayoko. On parle d’artillerie lourde, de machine mise en place pour mener la campagne électorale. Cette réorganisation fait dire à plus d’un que le RHDP est en ordre de marche pour la présidentielle de 2020. AGC s’identifie de plus en plus comme le dauphin du Président Alassane Ouattara, le cheval sur lequel il mise pour damer le pion aux nouveaux rivaux bruyants dont Henri Konan Bédié du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) qui a claqué la porte du RHDP, et surtout Guillaume Soro, l’ancien chef de la rébellion…

 

Prosper A.