Trafic de bois de rose en Casamance: un Suisse accusé de pillage par une ONG

Trafic de bois de rose en Casamance: un Suisse accusé de pillage par une ONG

Le bois de rose, coupé illégalement en Casamance et exporté depuis la Gambie, était l’une des sources de richesse de l’ancien dictateur gambien Yahya Jammeh. Avec son associé Nicolae Bogdan Buzaianu, ils auraient contrôlé le trafic de 2014 à 2017. Une dénonciation pénale a été déposée en suisse par l’ONG Trial International.

Nicolae Bogdan Buzaianu est une sorte de citoyen du monde. Homme d’affaires de nationalité suisse, roumaine et détenteur d’un passeport gambien censé expirer en 2019. La diplomatie pour carte de visite : ancien ambassadeur de la Gambie aux Émirats arabes unis, consul honoraire de la Gambie à Monaco ou encore ambassadeur de l’Unesco en Zambie. Et les affaires pour billet d’entrée. Surnommé en Roumanie « le petit génie de l’énergie » pour avoir fait fortune dans l’électricité, Nicolae Bogdan Buzaianu s’implante en Gambie vers 2012 et devient rapidement l’associé de l’ancien président Yahya Jammeh.

Le businessman et l’autocrate se partagent quatre entreprises gambiennes dont Westwood, une société qui jouit d’un monopole sur l’exportation de bois de rose obtenu par le Bureau du président Jammeh. Cette espèce précieuse était coupée illégalement en Casamance, région sud du Sénégal, puis exportée vers la Chine via le port de Banjul en Gambie selon une enquête de l’ONG TRIAL International. Elle a déposé une dénonciation pénale à l’encontre de Nicolae Bodgan Buzaianu auprès du ministère public de la Confédération suisse.

Exportation massive vers la Chine

Le bois de rose, dit aussi bois de vène, ou appelé localement « keno » est une espèce protégée. Elle a été déclarée disparue en Gambie en 2011 selon des lettres émites par le ministère des Forêts. Cette essence est très prisée par les consommateurs chinois pour la confection de meubles. Entre 2014 et 2017, la Chine a importé 315 000 tonnes de bois de rose en provenance de Gambie pour près de 163 millions de dollars.

L’origine des troncs n’était pas un mystère pour les exportateurs. « M. Dragos Buzaianu et M. Anthony Panetta […] ont déclaré que la majorité du bois exporté depuis la Gambie provenait de la Casamance dans le sud du Sénégal », écrit l’administrateur judiciaire de Westwood après une rencontre avec les deux hommes en 2017.

Le premier, Dragos Buzaianu, est le neveu de Nicolae Bogdan Buzaianu et directeur de Westwood. Le second Anthony Panetta est un Français, administrateur de l’entreprise. Il travaille avec un autre ressortissant français, Gabriel Akram Nakhleh, nommé premier secrétaire. C’est ce trio qui aurait géré les affaires courantes de Westwood et mis la pression sur les acteurs locaux du commerce de bois pour qu’ils exportent leur production via Westwood.

Le pillage constitue un crime de guerre

En début de chaîne, le trafic était supervisé par le Mouvement des forces démocratiques de Casamance (MFDC). Les séparatistes armés du MFDC délivraient des autorisations d’exploitation, des permit de transport et assuraient le libre passage aux négociants en bois.

« Avec Jammeh comme allié et Westwood comme facilitateur commercial, le MFDC a pu exercer un monopole sur le commerce de bois en Basse-Casamance et utilisant les profits issus de ce commerce pour financer sa lutte armée » est-il écrit dans le rapport de l’ONG.

« Exploiter des ressources naturelles issues d’une zone de conflit porte un nom : il s’agit de pillage. Et aux yeux du droit international humanitaire, le pillage constitue un crime de guerre », développe Montse Ferrer, conseillère juridique au sein de TRIAL International et enquêtrice.

Suites juridiques

Si elle aboutissait, la dénonciation pénale déposée par TRIAL International contre Nicolae Bogdan Buzaianu pourrait servir d’exemple. « Malgré les nombreux cas de pillage, avérés et documentés, pas une seule condamnation n’a été prononcée depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale », déplore Montse Ferrer.

C’est maintenant au procureur de décider s’il ouvre une instruction judiciaire. Via l’intermédiaire de son avocat suisse, joint par le journal suisse SonntagsZeitung Nicolae Bogdan Buzaianu rejette toutes ces accusations.

En septembre 2019, le gouvernement gambien a accepté les recommandations d’une Commission d’enquête sur les crimes économiques commis sous Yahya Jammeh. Nicolae Bogdan Buzaianu et son neveu Dragos Buzaianu ont été déclarés persona non grata et doivent 45 millions de dollars à l’État.

Le trafic de bois se poursuit

Malgré la chute du dictateur Yahya Jammeh et l’arrivée au pouvoir du nouveau président Adama Barrow en janvier 2017, le trafic de bois continue. Et Il se porte bien, selon une enquête de la BBC publiée début mars. Depuis la mise en place d’une nouvelle administration, 300 000 tonnes de bois de rose ont été exportées vers la Chine, soit autant que sous Yahya Jammeh.

Lors d’un conseil présidentiel sénégalo-gambien, le 12 mars 2020, le président sénégalais Macky Sall a appelé à une meilleure collaboration entre les deux pays pour combattre le trafic. Des vœux déjà formulés par le passé.

«Le trafic illicite de bois est en train de décimer la forêt, d’appauvrir la biodiversité et de mettre en péril les conditions de vie de nos populations. C’est une catastrophe majeur que nous ne pouvons pas laisser perdurer. Je veux dire fermement aux coupeurs de bois, aux trafiquants et à leurs complices que nous ne leur laisserons aucun répit. Nous continuerons de mobiliser tous les moyens nécessaires pour mettre fin à cette pratique néfaste, y compris par un alourdissement des peines prévues à cet effet».