Oignon

Il nous fait pleurer lorsqu’on l’épluche et pourtant, il regorge de bienfaits pour l’organisme. Anticancer, antivieillissement, bénéfique pour la structure osseuse… l’oignon a plein de trésors à vous offrir.

L’oignon fait partie de la famille de ce qu’on appelle les alliacés (au même titre que l’ail, l’échalote, le poireau…). On peut le percevoir comme un légume qui va apporter du goût à une recette. Sa teneur en antioxydantsmagnésium et en calcium fait de l’oignon un allié pour votre santé.

Ses composés font de l’oignon un aliment antivieillissement, qui améliore la flore intestinale et qui permettrait de prévenir certains cancers digestifs. Il pourrait aussi diminuer les risques de troubles cardiovasculaires.

On peut dire merci à la vitamine C, les flavanoïdes, polyphénols et la quercétine présents dans l’oignon.

Rouge, blanc, jaune : quel oignon choisir ?

Ce sont les antioxydants présents dans l’oignon (les anthocyanines) qui lui donnent sa couleur rouge violet (oignon rouge). Les flavanols, de leurs côtés, donnent la couleur jaune aux oignons. Quant aux oignons bronze, ils doivent leur couleur à la quercétine. “Il est important de noter que les oignons rouges contiennent jusqu’à 8 fois plus d’antioxydants que les autres”, explique l’auteure. Ce sont les antioxydants qui font de l’oignon un aliment considéré comme antivieillissement et anticancer.

Les oignons blancs peuvent se trouver d’avril à septembre. Les oignons jaunes sont récoltés en août. Ils sont en principe plus fort que les oignons blancs ou rouges. Quant à ces derniers, ils sont plus rares et sont vendus de juin à mars.

Pourquoi les oignons vous font pleurer ?

Lorsque vous coupez un oignon, vous percez les cellules qui le constituent, ce qui provoque une réaction enzymatique. “C’est l’alliinase, enzyme présente dans la vacuole des cellules d’oignon, qui entre alors en contact avec l’alliine, un acide aminé qui génère des substances volatiles“. Cette substance volatile s’échappe immédiatement après la coupe, sous forme de gaz. Elle se transforme ensuite en sulfate d’allyle. Lorsque ce dernier vient rendre visite au liquide lacrymal, il se dissout, entraînant sur son passage la formation d’acide sulfurique en infime quantité. Cette petite quantité suffit toutefois à créer une irritation de l’œil, qui se mettra à pleurer pour se défendre.

Cancer colorectal : une à sept portions d’oignons par semaine diminuerait de moitié le risque

Le stress oxydatif est incriminé dans la survenue de nombreuses maladies chroniques et dégénératives. On cite le cancer, le diabète, les maladies cardiaques et les maladies neurodégénérative (maladie d’Alzheimer ou de Parkinson).

Pour comprendre le stress oxydatif, il faut comprendre que l’air que nous respirons est constituée à 21 % d’oxygène. Or, la respiration produit aussi des déchets, ce qu’on appelle les radicaux libres. Ils attaquent nos cellules et ils se forment lors de processus biologiques comme le stress, l’inflammation… Ce sont des substances qu’il nous est impossible d’éviter et qui endommagent nos cellules saines. Ce phénomène est exacerbé par les agressions extérieures que nous subissons au quotidien, à savoir la pollution, le soleil, le tabac etc… C’est le stress oxydatif.

Les antioxydants permettent de lutter contre ce stress oxydatif, propice au vieillissement et à de nombreuses maladies.

C’est par leur teneur en antioxydants que les oignons ont été considérés comme un aliment anticancer. “Des études épidémiologiques ont précisé que la consommation d’oignon aurait une incidence sur certains cancers, rapporte Céline Hess Halpern. Ainsi, d’après ces études, le fait de consommer une à sept portions d’oignons par semaine diminuerait de moitié le risque de développer un cancer du côlon. Certains flavanoïdes de l’oignon inhiberaient la croissance de tumeurs cancéreuses. D’autres nutriments tels que le sélenium viendrait renforcer ses propriétés”.

Les oignons, bénéfiques pour le cœur

Les antioxydants présents dans les oignons constitueraient aussi une arme contre le mauvais cholestérol. “Les flavanoïdes, dont la quercétine contenue dans l’oignon, détient une action protectrice contre l’oxydation du cholestérol LDL, ce qui diminuerait le risque de maladie coronarienne”, ajoute la spécialiste.

Pour prendre soin de vos artères, l’oignon serait aussi un allié. Il contient des composés soufrés protecteurs du cœur et des artères. Cet aliment fluidifierait aussi le sang ce qui faciliterait la circulation sanguine.

L’oignon considéré comme anti-diabétique

“L’oignon est considéré comme étant un aliment antidiabétique de par la glucoquinine, composant ayant la caractéristique de faire baisser le taux de sucre dans le sang. Ses composés peuvent protéger l’insuline circulante contre la dégradation et aussi stimuler sa production par le pancréas”, poursuit l’auteure.

L’oignon renforcerait les os

L’association du calcium et du phosphore, en adéquation avec différents minéraux, améliore la bonne assimilation du calcium. Il peut aussi renforcer les os à tous les âges. “L’oignon a un effet prophylactique, sur le squelette et le tissu conjonctif. La silice permet de régénérer le collagène. La vitamine C renforce les os et le cartilage, les dents et les gencives”, rapporte la spécialiste.

Oignon : une boisson contre les rhumatismes

Si vous avez des rhumatismes, les oignons peuvent aussi venir à votre secours. Sans les éplucher, coupez trois oignons en fines tranches. Mettez-les dans l’eau froide et faites bouillir. Laissez frémir pendant une quinzaine de minutes. Procédez à la filtration. Buvez tranquillement. “De nombreuses recettes de grands-mères préconisent l’oignon pour apaiser les inflammations”.

LA ROCHE TOGO

SIKKA TV

GROGNE D’AFRIQUE N°436

TV5MONDE

RFI

BBC

FRANCE 24

GROGNE D’AFRIQUE N°516

GROGNE D’AFRIQUE N°435

Presse 256