Le président Faustin Archange Touadéra a fait une déclaration dans les médias nationaux pour faire le point sur la situation de l’épidémie de Covid-19. Au 18 mai, le pays enregistrait depuis le début de la pandémie 7 015 cas de contaminations et plus de 96 décès. La situation se dégrade et le président a décidé de prendre un décret pour déclarer le Covid-19 comme une urgence de santé publique.

Multiplication par 20 du nombre de cas pendant les quatre premiers mois de l’année par rapport au dernier trimestre 2020, un rythme de décès multiplié par 30. Des chiffres sous-estimés précise dans sa déclaration le président Touadéra, car seuls les décès intervenus dans les formations sanitaires sont comptabilisés précise-t-il.

Si certaines régions du pays étaient jusqu’à présent épargnées, l’ensemble du territoire est désormais concerné. Des cas ont été déclarés à l’extrême sud-est du pays à Obo, ou à l’extrême nord-est comme à Birao. Les cas étaient concentrés dans les zones urbaines mais aujourd’hui « l’épidémie s’étend en profondeur dans les villages » souligne le président. Faustin Archange Touadéra avertit sur « le potentiel déstabilisateur inquiétant » de cette épidémie. 

Plusieurs facteurs expliquent l’aggravation de la crise explique le chef de l’État. Il y a des causes épidémiologiques, des causes structurelles mais aussi socio-anthropologique. Le président souligne « le déni de la maladie », « les préjugés » et la « désinformation » qui entourent le Covid-19.

Selon une enquête d’une ONG citée par le président Touadéra, 69% des personnes interrogées pensent que la maladie n’existe pas en Centrafrique. De nouvelles mesures vont être prises pour tenter d’enrayer le développement de l’épidémie, avec notamment le lancement ce jour d’une campagne de vaccination. 

GABON 24

SIKKA TV

GROGNE D’AFRIQUE N°436

TV5MONDE

RFI

BBC

FRANCE 24

GROGNE D’AFRIQUE N°516

GROGNE D’AFRIQUE N°435

Presse 256