COP27

Lundi, l’ordre du jour de la conférence des Nations Unies sur le climat Cop27 a été consacrée aux pertes et dommages. Le président du Botswana, Mokgweetsi Masisi a notamment insisté sur la nécessaire adaptation des économies et des formations du continent.

Lundi, l’ordre du jour a été félicité par le président des Seychelles Wavel Ramkalawan qui a appelé à une meilleure protection des océans et à une augmentation des financements pour renforcer la résilience climatique des États insulaires et côtiers : “L’agenda du projet sur les pertes et dommages est très important. Parmi les petits États insulaires, nous faisons vraiment pression dans ce sens. J’ai annoncé précédemment que, l’année prochaine, les Seychelles protégeront la mer, les forêts de mangroves et les prairies sous-marines à 100%. Et qu’est-ce que cela signifie ? Cela signifie du carbone bleu.” a-t-il déclaré.

L’idée selon laquelle les pays riches devraient soutenir financièrement les États plus pauvres qui sont en première ligne des effets du changement climatique, connus sous le nom de pertes et dommages, est une priorité centrale pour les nations insulaires depuis 30 ans.

Le président du Botswana, Mokgweetsi Masisi a lui insisté sur la nécessaire adaptation des économies et des formations sur le continent : “Nous sommes maintenant dans une course contre la montre. Nous devons faire en sorte de nous adapter. Et une partie de l’adaptation consistera à développer nos économies pour qu’elles puissent maintenir la dynamique de la croissance. Une partie de l’adaptation consistera à investir dans nos jeunes afin de s’assurer qu’ils acquièrent les bonnes compétences en matière d’éducation pour être compétitifs dans le monde. Et une partie de l’adaptation consiste à mesurer les niveaux de température et les niveaux d’impact des modèles météorologiques défavorables sur notre agriculture, nos systèmes alimentaires et nos infrastructures.” a-t-il rappelé.

Les deux chefs d’état se sont exprimés lors d’un événement africain en marge de la grande muraille bleue qui vise à accélérer l’action en faveur des océans en améliorant les moyens de subsistance des communautés côtières, en soutenant la conservation de la nature et en renforçant l’économie bleue durable.■

LA ROCHE TOGO

SIKKA TV

GROGNE D’AFRIQUE N°436

TV5MONDE

RFI

BBC

FRANCE 24

GROGNE D’AFRIQUE N°516

GROGNE D’AFRIQUE N°435

Presse 256