Francophonie

À l’occasion du sommet de la Francophonie qui se déroule à Djerba, Emmanuel Macron a annoncé octroyer un prêt de 200 millions d’euros à la Tunisie, en grande crise économique.

La France va octroyer un prêt de 200 millions d’euros à la Tunisie, qui traverse une profonde crise économique aggravée par la guerre en Ukraine, a annoncé samedi le président Emmanuel Macron à son homologue tunisien, Kaïs Saïed. “Le président de la République a réitéré le soutien de la France à la Tunisie et au peuple tunisien face aux défis auxquels le pays est confronté”, selon un communiqué de l’Elysée.

Le chef d’Etat français s’est aussi félicité du “dialogue constructif ouvert entre le gouvernement et le Fonds monétaire international (FMI), en souhaitant qu’il aboutisse à un accord définitif”.

Une dette dépassant les 100% du PIB

Depuis la révolution de 2011, la Tunisie s’est enfoncée dans des difficultés économiques, aggravées par la pandémie de Covid-19, avec une croissance en berne et un chômage très élevé. L’invasion de l’Ukraine par la Russie en février a accentué la crise dans un pays très dépendant des importations de céréales et de carburants, deux secteurs où les prix flambent.

Asphyxiée par une dette dépassant les 100% du Produit intérieur brut (PIB), la Tunisie a obtenu à la mi-octobre un accord de principe du FMI pour un nouveau prêt de quelque deux milliards de dollars décaissable par tranche à compter de décembre.

En contrepartie, le gouvernement s’est engagé à des réformes parmi lesquelles une levée progressive des subventions étatiques aux produits de base (alimentaires et énergie) et une restructuration des entreprises publiques qui ont le monopole de nombreux secteurs.

Recul démocratique

Emmanuel Macron a par ailleurs évoqué avec son homologue tunisien la situation politique de la Tunisie, en rappelant que “les libertés fondamentales” étaient “intrinsèques” à “l’acquis démocratique” en Tunisie au moment où les ONG dénoncent un recul démocratique depuis le coup de force du président Saïed en juillet 2021.

M. Saïed, qui s’est accaparé tous les pouvoirs, a promulgué un mode de scrutin réduisant considérablement le rôle des partis politiques qui vont participer aux élections législatives du 17 décembre.

“Les deux chefs d’Etat ont également évoqué la situation régionale, notamment en Libye, et les moyens de renforcer les coopérations au Maghreb et en Méditerranée”, a ajouté l’Elysée.

Un projet de reconquête

A son arrivée à Djerba, le président français a également rencontré des jeunes ambassadeurs de la francophonie, soulignant qu’il fallait faire preuve de réalisme: “la francophonie s’étend par la démographie de certains pays (…) mais il y a aussi des vrais reculs”.

Il y a quelque 321 millions de francophones dans le monde et les projections font état de 750 millions en 2050. Pourtant, “dans les pays du Maghreb, on parle moins français qu’il y 20 ou 30 ans”, a observé Emmanuel Macron, invoquant notamment “des formes de résistances quasi politiques”, la facilité d’usage de l’anglais ou encore la difficulté d’accéder à des livres en français à des prix abordables.

“On doit avoir un projet de reconquête”, a-t-il poursuivi, exhortant à rendre de nouveau la langue française “hospitalière” en montrant que l’on peut parler un français qui n’est “pas forcément académique”, mais une langue facilitant le commerce. Pour le continent africain, “c’est la vraie langue universelle”, “la francophonie c’est la langue du panafricanisme”, a-t-il encore opiné.

Emmanuel Macron repartira dans la soirée avant la fin du sommet qui s’achève dimanche.■

LA ROCHE TOGO

SIKKA TV

GROGNE D’AFRIQUE N°436

TV5MONDE

RFI

BBC

FRANCE 24

GROGNE D’AFRIQUE N°516

GROGNE D’AFRIQUE N°435

Presse 256