Le Gabon l’a connu quand il fut nommé tout jeune en Octobre 2009 à la tête de OGAR-VIE pour succéder à feu Edouard-Pierre VALENTIN précédemment PDG de ladite société, après un bref passage à UAG-Vie (Groupe SUNU). Depuis lors, le Dr. Crépin Magloire Andrew Gwodog ou pour faire plus court le Dr. Andrew Gwodog n’a plus quitté les sommets. Premier diplômé du cycle MST-A de l’Université de Yaoundé et ancien pensionnaire de l’Université Omar Bongo, il a fait tour à tour OGAR-VIE, NSIA et NSIA-Vie Congo avant de rejoindre la Société Commerciale Gabonaise de Réassurance (SCG-Ré). Il y était déjà depuis quelques années quand voulant l’avoir à ses côtés, le chef de l’Etat gabonais Ali Bongo Ondimba lui fit appel.

A la tête de ce ministère, Andrew Gwodog tout en montrant l’étendue de son leadership, a continué à peaufiner son savoir-faire. Dans une période marquée par la chute des prix des produits pétroliers infligeant une crise économique aigue au Gabon (une grande partie de l’économie dépend de la vente du pétrole), ce spécialiste de l’assurance a fait profiter de son goût du risque en promouvant le secteur du bois ainsi que les autres ressources du pays.

UN SECTEUR DE L’ASSURANCE 2.0

Un peu plus d’un an après avoir servi au gouvernement, Andrew Gwodog est retourné dans son secteur d’origine où il va reprendre le poste d’Administrateur-Directeur général de la SCG-Ré. Mais c’est un homme bien nouveau avec une expérience très enrichissante en management et portant une grande vision qui va revenir dans le secteur de l’assurance.

D’abord celui qu’on appelait simplement « Monsieur Gwodog » ou « Monsieur le Ministre », va désormais porter le titre de docteur. Il soutint en 2017 sa thèse portant sur le thème de ”l’assurance et la croissance économique en zone CIMA-CEMAC” à Paris School of Business. Auréolé de ce nouveau succès, Dr. Gwodog prend la tête de la Fédération gabonaise des sociétés d’assurance et de réassurance (FEGASA) et initie une révolution technologique dans le secteur de l’assurance au Gabon. L’objectif selon le jeune manager est de donner au secteur des assurances un aspect beaucoup « plus moderne et plus reluisant ». « C’est sous l’impulsion du Dr. Gwodog que nous avons pu enregistrer ces innovations technologiques l’introduction des applications numériques dans notre secteur », a fait bien de rappeler un dirigeant d’une maison d’assurance pourtant dubitatif au tout début. Un témoignage que confirme la presse locale qui fait remarquer que cette révolution avant l’heure arrange bien le secteur alors que le monde entier traverse une crise sanitaire avec la Covid-19. « Jamais les assureurs du Gabon n’avaient été aussi solidaires » que sous la présidence du Dr. Gwodog qui a su préparer le secteur à la crise comme s’il le savait. « S’il n’avait pas introduit ces réformes, c’est à l’arrivée de la Covid-19 que nous serions entrain de courir pour nous mettre à niveau. On aurait perdu gros et dépenser gros », indique un agent.

ALLIER L’ASSURANCE À LA CROISSANCE ÉCONOMIQUE, L’AUTRE DÉFI

Lauréat du Prix “International Star for Quality 2018”

Avec son management maîtrisé et son expérience très soutenue, le patron des assureurs gabonais a réussi un premier pari : celui d’augmenter le chiffre d’affaires de la SCG-Ré. Alors que la société poursuit son déploiement comme prévu dans son plan de développement commercial en Afrique, elle a réussi en 2019 à réaliser un chiffre d’affaires de 14 milliards de francs CFA avec une hausse de 7% par rapport au chiffre un an plus tôt soit en 2018. Une croissance qui participe amplement à la croissance économique de l’Etat gabonais. Dr Gwodog en est convaincu. Le secteur de l’assurance doit impacter sur l’économie du pays.

Comme il l’a décrit dans sa thèse, le secteur de l’assurance au Gabon doit être l’un des plus contributeur à la croissance économique du pays. C’est le pari important que poursuit aujourd’hui l’homme grâce à qui le Gabon a aujourd’hui la présidence de la Fédération des Sociétés d’Assurances de Droit National Africaines (FANAF) qui se justifie très bien. « Le secteur des assurances aspire à contribuer au développement économique du Gabon et de l’ensemble des pays de la zone  (CIMA-CEMAC, ndlr) et à accompagner les Etats par exemple dans la souscription à leurs emprunts obligataires. Les compagnies ont de l’argent placé en DAT et rémunéré à des taux de 3% qui peut être mis au profit du financement de l’économie et du développement des entreprises et des start-ups », assure Dr. Andrew Gwodog.

Dr. Andrew Gwodog, Le Patron de la Fédération Gabonaise des Sociétés d’Assurance et de réassurance (FEGASA) aux cotés de ses pairs

Mais il y a aussi le défi de la promotion de la femme. Le patron de la FEGASA y est également attaché. « L’un des défis de la FEGASA porte sur la promotion du genre. Une seule des 11 sociétés d’assurance et de réassurance est dirigée par une femme. Nous sommes loin du compte pour un pays qui compte 65% de femmes », indiquait-il il y a deux ans.

Prosper AKPOVI

LA ROCHE TOGO

SIKKA TV

GROGNE D’AFRIQUE N°436

TV5MONDE

RFI

BBC

FRANCE 24

GROGNE D’AFRIQUE N°516

GROGNE D’AFRIQUE N°435

Presse 256