La promotion de l’équité genre fait partie des traits caractéristiques de sa gouvernance et ses efforts sont remarqués au-delà des frontières gabonaises. Ali Bongo Ondimba vient d’être distingué par ONU-Femmes pour ses actions en matière de promotion de la femme. Une consécration en fait pour un Président proche de ses populations et qui veut donner à la femme sa place dans la société gabonaise.

C’est ce mardi 19 avril 2022 que le numéro 1 gabonais a été honoré de la distinction « heforshe » par ONU-Femmes pour sa politique d’équité genre et de promotion de la femme. Elle lui a été remise par la représentante d’ONU-Femmes pour l’Afrique de l’ouest et du centre, Mme Oulimata Sarr. Et le récipiendaire ne la voit pas comme une fin en soi. 

Engagement à en faire davantage

S.E.M Le Président Ali Bongo Ondimba et la représentante d’ONU-Femmes pour l’Afrique de l’ouest et du centre, Mme Oulimata Sarr lors de la remise de distinction heforshe décernée par l’ONU Femmes

Sur sa page Facebook,  Ali Bongo Ondimba s’est dit « très honoré d’avoir reçu ce mardi 19 avril la distinction heforshe  (“Lui pour Elle”) qui [lui] a été décernée par l’ONU Femmes en reconnaissance de l’action résolue menée au Gabon en faveur de l’égalité FH ». Mais il ne compte pas dormir sur ses lauriers ; au contraire, il prend cette distinction comme une invite à en faire davantage. En tout cas, il en prend l’engagement tacite et invite tout le monde à en faire autant.

« Cette récompense, qui nous oblige davantage et que je dédie à toutes les femmes encore trop nombreuses à être victimes de violences, coïncide avec le lancement, ce jour, du mouvement de solidarité mondial heforshe dont l’objectif est de faire contribuer pleinement les hommes à l’égalité femme-homme qui est notre affaire à tou(te)s », écrit le Chef de l’Etat gabonais. Et d’inviter « par conséquent toutes les Gabonaises et tous les Gabonais à y participer ! ».

« C’est bien mérité », concède un de ses nombreux admirateurs, se réjouissant qu’il ait « retrouvé toutes ses ressources et pris toute la plénitude de son pouvoir, avec des décisions et actions utiles depuis un bon moment».

Message reçu 5/5

Le 17 avril dernier déjà, à l’occasion de la journée nationale de la femme gabonaise où il soulignait que « le Gabon est internationalement reconnu pour promouvoir de manière volontariste les droits des femmes et l’Egalité HF », le Président disait ne pas s’en satisfaire et appelait « les pouvoirs publics de ce pays, mais aussi chaque citoyen à redoubler d’efforts et faire tout ce qui est en son pouvoir pour éradiquer les violences envers les femmes » car, croit-il dur comme fer, c’est une responsabilité collective. « C’est ensemble, Etat et société civile, que nous y parviendrons », a-t-il ajouté.

Le message semble passé. Dans son entourage en tout cas, ses collaborateurs lui attribuent tout le mérite et semblent vibrer au même diapason. « Cette récompense heforshe décernée par l’ONU-Femmes vient consacrer des années d’efforts du Gabon pour faire des femmes les égales des hommes. Nous la devons au Président Ali Bongo Ondimba dont la clairvoyance et la détermination ont permis de mettre en place un modèle de société exemplaire », a réagi son Conseiller spécial en communication et porte-parole de la Présidence de la République, Jessye Ella Ekogha.

Consécration internationale

Cette distinction n’est que la consécration internationale pour Ali Bongo Ondimba en matière de promotion de l’équité genre, notamment de la femme et de la jeune fille. Toute une politique concoctée par le Président gabonais et mise en œuvre, à côté de celle des réalisations tous azimuts d’infrastructures routières et autres ouvrages au service du peuple.

C’est en effet un programme formel dans la gouvernance d’Ali Bongo. Loin d’une promotion factice et fantaisiste de la gent féminine, cette politique consiste à lui donner la place qu’elle mérite, sur la base de ses compétences souvent ignorées dans un monde assez machiste. Il a choisi de donner 30 % de places aux femmes dans ses différents gouvernements et s’efforce de respecter ce quota. A titre d’illustration, le gouvernement actuel se compose de treize (13) femmes au moins, sur un effectif de trente-huit (38) membres, dont sept (07) ministres pleins et cinq (05) déléguées. 

Les femmes sont à des postes, non de seconde zone, mais de souveraineté et assez stratégiques. L’exemple le plus frappant, c’est sans doute la Primature, assurée par une dame, Mme Rose Christiane Ossouka Raponda. Preuve certainement de ses compétences, elle a été en fait reconduite à la tête du gouvernement. A la Défense nationale, il y a Félicité Ongouori Ngoubili ;  à l’Economie, c’est Nicole Jeanine Lydie Roboty, épouse Mbou. Au  Budget et aux Comptes publics, c’est Edith Ekiri Mounombi, épouse Oyouomi qui assure. 

En dehors du gouvernement, Ali Bongo Ondimba a nommé des femmes à plusieurs autres postes de responsabilité, et elles le lui rendent assez bien. 

Prosper AKPOVI

LA ROCHE TOGO

SIKKA TV

GROGNE D’AFRIQUE N°436

TV5MONDE

RFI

BBC

FRANCE 24

GROGNE D’AFRIQUE N°516

GROGNE D’AFRIQUE N°435

Presse 256