Le bras de fer entre la CEDEAO et la junte militaire Malienne se poursuit. Ce vendredi, les Autorités de la transition appellent à une mobilisation générale dans tout le pays. Et plusieurs s’apprêtent déjà à répondre à cet appel lancé pour dénoncer ces sanctions « illégales et inhumaines » prises par la CEDEAO à l’endroit du Mali. Mais déjà des voix discordantes s’élèvent  pour appeler la CEDEAO à revenir sur sa décision. 

Plusieurs associations dénoncent un caractère inhumain des décisions prises par la CEDEAO le dimanche 9 janvier dernier à l’endroit de la junte militaire malienne. Au Groupe d’Etude et de Recherches sur la Démocratie et le Développement Economique et Social en Afrique, on est véritablement consterné.  « De telles sanctions sont inappropriées et contre-productives. Le Mali a besoin d’être assisté dans ses réformes profondes, comme bon nombre d’Etats de notre sous-région pour une meilleure gouvernance. »  écrit le Président Sadikou Ayo Alao dans un communiqué rendu public en début de semaine.

Me Sadikou Ayo Alao, Président du GERDDES-Afrique

Pour le Groupe, les mesures prises par la CEDEAO contre le Mali doivent être levées sans délai pour la survie de la CEDEAO elle-même.  Effectivement, beaucoup pensent comme l’affiche cette structure, que cette démarche des Chefs d’Etat va indubitablement noyer l’organisation et la faire disparaitre complètement. «  on ne comprend pas pourquoi la CEDEAO s’acharne contre les Maliens. Il y avait d’autres dossiers sur lesquels on attendait la CEDEAO. Mais elle n’a jamais réagi. Devant le 3ème mandat d’Alpha Condé ou de Ouattara, elle a été muette. C’est injuste », estime un observateur de la scène politique malienne. Que ce soit en Guinée ou au Bénin, encore moins au Togo, l’on pense que la CEDEAO ne joue pas véritablement son rôle. Et beaucoup lui demandent de retirer ces sanctions, auquel cas, l’organisation va se voir beaucoup plus divisée. Et d’ailleurs, l’on apprend qu’il y a eu assez de divergences lors de la prise de ces sanctions. « Et si la CEDEAO ne révise pas sa position, des voix vont s’élever  en son sein pour se désolidariser de ces sanctions ». 

Sommet des Chefs d’État de la CÉDÉAO

Pour l’heure, la Junte Militaire dirigée par Assimi Goïta est droite dans ses bottes et ne compte pas fléchir devant ces Chefs d’Etat qui sont loin de connaitre les véritables réalités maliennes. 

Prosper AKPOVI

LA ROCHE TOGO

SIKKA TV

GROGNE D’AFRIQUE N°436

TV5MONDE

RFI

BBC

FRANCE 24

GROGNE D’AFRIQUE N°516

GROGNE D’AFRIQUE N°435

Presse 256