Le médiateur des Etats d’Afrique de l’Ouest au Mali a indiqué mercredi que les autorités risquaient de devoir fixer des priorités étant donné le peu de temps qui leur reste pour mener à bien une transition censée ramener les civils au pouvoir début 2022.

« Un aspect crucial qui devrait guider un gouvernement qui dispose de très peu de temps, c’est la gestion de ce qui est idéal et de ce qui est faisable dans le délai imparti », a dit devant la presse à Bamako Goodluck Jonathan, médiateur de la Communauté des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao) dans la crise malienne.

M. Jonathan a mené de dimanche à mercredi une mission d’évaluation de la transition ouverte après le putsch du 18 août 2020. Les militaires qui continuent à dominer les autorités de transition installées en septembre-octobre se sont engagés à rendre au bout de 18 mois le pouvoir à des civils élus.

Les autorités viennent d’annoncer un calendrier électoral, avec un premier tour d’élections présidentielle et parlementaires le 27 février 2022, ainsi qu’un référendum constitutionnel le 31 octobre précédent.

Le doute persiste quant à leur capacité à tenir leur programme, a fortiori dans un contexte où les violences jihadistes et autres continuent sans relâche, où la contestation politique se fait jour à nouveau et où s’agrègent les signes de grogne sociale.

Un membre de la délégation de M. Jonathan et haut responsable de la Cédéao, Francis Béhanzin, a paru envisager que les autorités renoncent à certains objectifs.

La mission leur a demandé « de voir les réformes prioritaires qui pourraient être engagées, parce que 18 mois, c’est très peu (et que) nous sommes déjà au bout de 10 mois », a-t-il dit l’AFP. Il s’agirait de « faire une hiérarchisation des priorités, voir si une révision constitutionnelle est possible, voir si le découpage territorial est possible. Et mettre en place les lois électorales qui pourraient permettre d’avoir une élection crédible », a-t-il dit.

Le communiqué final de la mission exprime la « satisfaction » du médiateur devant « des progrès remarquables réalisés » dans la mise en oeuvre des recommandations de la Cédéao.

Mais, devant la presse, M. Jonathan a exprimé sa préoccupation face à la résurgence de crispations politiques.

Le Mouvement du 5-juin, collectif qui fut en 2020 le fer de lance de mois de contestation achevés par le putsch, a réclamé la semaine passée la « dissolution » du gouvernement de transition, ou encore la « relecture » d’un important accord de paix avec certains groupes armés.

M. Jonathan a appelé tous les acteurs à travailler « main dans la main ». Dans une période aussi délicate, « l’intérêt supérieur du Mali est ce qui doit prévaloir », et « n’adoptons pas des positions extrêmes », a-t-il déclaré.

GABON 24

SIKKA TV

GROGNE D’AFRIQUE N°436

TV5MONDE

RFI

BBC

FRANCE 24

GROGNE D’AFRIQUE N°516

GROGNE D’AFRIQUE N°435

Presse 256