Mariage

Nombreux sont les parents qui s’opposent de plus en plus au mariage de leurs enfants, pour des raisons qu’ils jugent importantes à leurs yeux et aux yeux de leurs familles. Certains des enfants se révoltent pour sauver leur amour, mais ne tardent pas à payer les pots cassés d’une telle désobéissance. Car, cela pousse souvent la famille à les abandonner et à leur couper les vivres.

Malgré le 21e siècle et la vie moderne qu’incarnent les jeunes, les parents sont toujours attachés à des jugements de valeur qu’ils pensent nécessaires. Ceci par respect pour la tradition ou la pensée de leurs proches à leur égard. Parce que le choix de leurs enfants, pour prendre une épouse, peut leur faire du tort aux yeux de la société.

La décision qui est la plus importante et la moins négligée dans les familles, c’est quand leurs enfants deviennent grands et pensent à épouser leurs compagnons. À ce moment, c’est la mère qui mène son enquête avant l’action finale qui doit être accomplie par le père pour le mariage.

La famille “sous-estimée” par manque de moyens

Les deux parents peuvent refuser de donner leurs enfants en mariage prétextant que l’autre famille n’a pas de moyens. Celle de la fille peut refuser de la marier à n’importe quelle famille, surtout si cette dernière est pauvre. Alors, ils ne vont pas la marier au garçon et l’envoyer ainsi vivre dans la précarité. Surtout pour une fille qui a vécu dans de bonnes conditions et reçu une bonne éducation.

La mère se verra couverte de honte au sein de la famille et devant ses proches. Car certaines mères pensent ne pas mériter ce qu’elles considèrent comme de l’opprobre, pour avoir vécu et supporté beaucoup de chose dans la maison de leur époux. Raison pour laquelle, sa fille doit avoir le meilleur des maris qui pourra subvenir à ses besoins et à ceux de ses parents, en guise de récompense à toutes ses sacrifices.

Le fait le plus récurrent, c’est quand la famille du garçon, et surtout sa mère, s’oppose au mariage du fils au motif que les parents de la fille n’ont pas de moyens nécessaires pour couvrir de cadeaux la belle-famille. Comme la tradition la demande, le garçon doit faire la dot, un symbole de reconnaissance de la valeur de la fiancée.

Problème de caste 

Si les enfants n’y accordent aucune importance, les parents croient encore aux castes. C’est un phénomène très présent en Afrique noire, même si certains prétendent qu’il commence à disparaître. De nombreux jeunes vivent le grand amour jusqu’au jour où ils prennent l’importante décision de s’unir. C’est en ce moment que commencent les préjugés et l’œil de la tradition envers une relation.

PUBLICITÉ

Contacts au Togo: +228 22 53 01 53

Il y a quelques années, Adjo Lawson s’était mariée à un jeune homme. Sans arrière-pensée, le couple croyait qu’il allait vivre le grand amour. Car, même si la mère du garçon était contre leur mariage, prétendant que la fille etait castée, elle ne l’a jamais manifesté, parce qu’elle préférait recourir au marabout. Et c’est après la naissance de leur deuxième enfant qu’Adjo entend des rumeurs, selon laquelle sa belle-mère, n’a jamais été d’accord avec son mariage. Elle en parle alors à son mari qui la dissuade en lui faisant comprendre que ce n’est que des rumeurs non-fondées. Mais, quelques mois après la naissance de leur garçon, la belle-mère a enfin réussi son vœu en les séparant sans raison, grâce au pouvoir mystique. Et le couple commence à se disputer pour rien. Et il s’en suit le divorce.

Maintenant que chacun s’est remarié, la fille du couple et l’homonyme de sa grand-mère nourrit une haine tenace contre cette dernière. Selon la fille, la vieille a gâché sa vie et celle de sa mère, car  étant au centre de toutes les difficultés qu’elle a rencontrées à chaque étape de sa vie. Pour avoir séparé ses parents sans penser à elle et à son frère.

Abou, lui, vit en ce moment en France : «Je n’ai jamais pensé que mon père, un religieux et si fervent musulman, aurait des préjugés sur les castes. J’ai été déçu et surpris, car il connaît bien ce que dit la religion et voyage partout dans le monde pour l’enseigner. La fille et moi, nous sommes tous les deux en Europe. Je suis sorti avec elle pendant un an et j’ai même fait, à son père, la promesse de l’épouser. Quand mon père a voulu me marier à une cousine, je lui ai parlé de ma fiancée. Sa première question a été de savoir si la fille était castée. Et quand ça s’est avéré positif, il a refusé catégoriquement. Toute ma famille m’a tourné le dos et me menace d’abandon.»

Le cas d’Eric est plus sérieux car au moment d’apporter la dot après cinq ans d’idylle et de faire les présentations la famille, il découvre avoir affaire à une castée. Aussi se heurte-t-il à un refus des parents de la jeune fille. Le gars s’est marié et a eu deux enfants avec une autre, différente de la fille qui l’attend toujours et refuse de se marier à un autre, par amour fou pour Eric.

La religion

Les parents sont contre le mariage de leurs enfants pour la simple raison que la jeune fille est soit musulmane ou chrétienne. Et que leurs petits-enfants doivent avoir une mère de la même religion que la famille de son père.

Ni la religion musulmane, ni la religion chretienne n’interdit  à un garçon d’épouser une fille d’une autre religion. Il n’empêche que les parents sont là pour faire la police et n’accepteront jamais une telle union. Pareilles pour certaines familles chrétiennes chez lesquelles il n’y a pas de place pour une fille d’une autre religion dans leur maison.

«Patricia a été l’amour de ma vie, même si notre idylle n’a pas duré longtemps, avant de prendre la décision de nous marier. Mes parents ont opposé un refus catégorique pour la simple raison qu’elle est musulmane. D’après ma mère, ses petits-fils peuvent suivre la religion de leur mère. Et dans notre famille, il n’y avait jamais eu auparavant une fille musulmane. Alors, elle ne sera pas la première à la tolérer pour essuyer après les critiques de sa famille qui est très stricte sur la religion.»

Chacun a son histoire quand il s’agit de prendre la décision la plus importante de sa vie. Car, les parents sont très influents et ont leur mot à dire pour sauvegarder, d’après eux leur dignité.

LA ROCHE TOGO

SIKKA TV

GROGNE D’AFRIQUE N°436

TV5MONDE

RFI

BBC

FRANCE 24

GROGNE D’AFRIQUE N°516

GROGNE D’AFRIQUE N°435

Presse 256